12/21/2012

6 MOIS D’ACTION, 6 MOIS DE CHANGEMENT

Cela fait 6 mois que la nouvelle Assemblée Nationale a été élue et le calendrier que nous avions annoncé pour ce début de mandature a été tenu à la lettre.

 

Nous avons répondu à l’urgence sociale avec des mesures pour stabiliser le pouvoir d’achat et faire reculer la pauvreté : augmentation du SMIC de 2,3% sur l’année, la plus élevée depuis 15 ans, revalorisation du RSA et de la prime de rentrée scolaire, réduction des dépenses de première nécessité (encadrement des loyers, limitation des dépassements d’honoraires, stabilisation du prix des carburants et des tarifs de l’énergie…)

Nous avons posé les bases de la politique du logement avec l’augmentation du budget 2013 et la réorientation de la fiscalité vers la construction pour les classes moyennes. Nous avons mis en place des leviers fondamentaux pour construire des logements plus accessibles aux familles modestes là où sont les besoins : cession des terrains de l’Etat aux collectivités, 25% du seuil obligatoire de logement social dans les villes avec des pénalités  multipliées par 5 pour les maires hors-la-loi.

 

Nous avons investi massivement dans la reconquête de l’emploi et de la compétitivité : emplois d’avenir et contrat de génération (ce sera la 1ere loi étudiée en janvier 2013), crédit d’impôt de 20 milliards pour les entreprises, création de la banque publique d’investissement, orientation de l’épargne vers les entreprises et l’économie productive.

Nous avons jeté les bases d’un compromis historique avec les partenaires sociaux sur la sécurisation du travail comme sur le financement de la protection sociale. La négociation se poursuit en janvier prochain et nous débattrons de son résultat au parlement.

Nous avons produit un effort sans précédent de réduction des déficits tout en rétablissant la justice des prélèvements.

Nous avons réussi à sortir la zone euro de la crise et commencé sa réorientation avec l’adoption du plan de relance, le soutien de la BCE aux Etats et la mise sur les rails la supervision bancaire.

Nous avons restauré l’exemplarité de l’Etat et ouvert tous les chantiers de sa modernisation, à commencer par la refondation de l’école et le nouvel acte de la décentralisation.

Jamais depuis le début de la Vè République, une majorité n’avait eu le courage de s’attaquer à la réforme de tant de structures. Tous les grands systèmes qui composent l’armature du pays (l’appareil productif, la fiscalité, les services publics, l’éducation, la protection sociale) sont en reconstruction.

 

Cela demande du temps et du cran  parce que nous sommes bien conscients que ces résultats ne viendront pas par miracle, d’un coup de baguette magique. Mais c’est l’histoire et l’honneur de la gauche d’être l’architecte de ces grands changements.