• De mal en pis #Trump https://t.co/uNx3BX3s9E      RT @agranc: 1) Ces dessins sont hallucinants 2) Ces questions sont hallucinantes https://t.co/wIc1fzySM1      « Chez Emmanuel Macron, le critère de toute chose c’est lui-même. » J’aime toujours autant Lionel Jospin @LCI @24hPujadas      Les commanditaires, si loin de Paris https://t.co/09VTqOwxXq via @Lesjoursfr      RT @COMJUS_ASSAS: La Défenseure des droits, Claire Hédon, s’inquiète d’une prolongation de l’état d’urgence sanitaire. ⁦@lemondefr⁩ #DDD ht…      Témoignages bouleversants des survivants pris en otage dans l’Hyper Cacher. « La volonté de vivre face à la fureur… https://t.co/CheVKLe5p7      « Ensemble, défendons la liberté : lettre ouverte à nos concitoyens » — via ⁦@LaMatinale_M⁩… https://t.co/Ss4Z8OiNxY      A Madrid, «on nous confine parce qu’on est pauvres». 37 zones de la capitale espagnole sont reconfinées aujourd’hui… https://t.co/6YOWegvGsZ      40 ans de blocages, c’est hallucinant 🍃 https://t.co/dUU2L9hi9G      RT @catherinegaste: La loi autorise la privatisation de kilomètres de nationales. Un décret, publié au « Journal officiel» ni vu ni connu a…      

2 Nov 2016

L’école de la République, premier budget de la Nation

Cette année encore l’école est le premier budget de l’Etat. Avec plus de 70 Milliards d’euros de crédits, l’enseignement scolaire bénéficie d’une augmentation de 2,1 Milliards par rapport à l’année dernière.

Cela n’est pas dû au hasard ou à la conjoncture. Il s’agit d’un choix politique clair, présenté dès le départ, appliqué avec constance et totalement assumé depuis 2012.

Souvenons-nous de l’état dans lequel nous avons trouvé l’éducation national cette année-là. Souvenons-nous des suppressions massives de postes qui laissaient des élèves sans professeur. Nous avons réparé cette erreur et 55.000 nouveaux emplois ont été créés depuis le début de la mandature.

Souvenons-nous comment la formation des enseignants avait été rayée d’un trait de plume. D’après le président de la République précédent, l’éducation tenait plus de la vocation, de l’inné, que d’une réelle profession, avec des compétences spécifiques qui peuvent, et qui doivent, être enseignées aux nouvelles générations de professeurs. Alors qu’on nous vantait l’enseignement professionnel, pour la majorité précédente, professeur était le seul métier qui ne s’enseignait pas.

Souvenons-nous que les cours d’histoire avaient été supprimés en classe de terminale S. Heureusement, nous les avons remis en place.

Souvenons-nous que le métier d’enseignant avait été tellement critiqué et dévalorisé qu’il n’y avait plus assez de candidats à certains concours pour répondre aux postes ouverts. Cette période de défiance est terminée. Nous avons retrouvé les niveaux d’avant 2008 et les chiffres rendu public ce lundi annonce 5% d’augmentation du nombre de candidats inscrits pour la session 2017.

Alors oui, pour le dernier budget de ce quinquennat, notre majorité peut être fière du chemin parcouru. Bien sûr, tout n’est pas parfait et l’éducation des générations futures réclame encore beaucoup de travail et de constance.

Mais nous avons atteint notre principal objectif : refaire de l’école, et de l’éducation des citoyens de demain, la première priorité de la nation.