• RT @HCEfh: [3ème mandat 2019-2021] @BrigitteGresy : « Je suis fière d’être la nouvelle présidente du @HCEfh . C’est une instance formidable…      RT @LeParisien_75: Paris : la piétonnisation des quais de Seine entérinée par la justice https://t.co/3pWtLhZ691      RT @CfdtBerger: Réaction à froid dans @libe après l’annonce de la réforme assurance chômage. Deux jours après, toujours ce terrible sentime…      Une des pionnières du foot féminin, et qui en parle avec passion @AnnieFortems sur le plateau de @CPolF5https://t.co/Wb3fWH60CS      Bravo à l’association HDM qui a si bien concrétisé son projet de jardins partagés #PortedAsnieres #Paris17https://t.co/3Z6k5mWjU3      Le terrifiant calvaire des migrants. « On m’a traité comme un esclave » : rescapés de l’enfer libyen, des migrants… https://t.co/UCFcaKPPN8      RT @franceculture: 10 juin 1944, Oradour-sur-Glane, 642 villageois, hommes, femmes, enfants sont massacrés par les nazis. Portrait d'un vil…      RT @BantignyL: Elle avait 17 ans d'ancienneté. Elle a été licenciée pour "faute lourde" sans préavis ni indemnité. Une salariée d'un hyperm…      #AllezLesBleues #CoupeDuMonde2019 ⚽️ https://t.co/NW4o4xqWgm      Donc les nationales seront limitées à 80km/h et les départementales à 90 km/h ? Enfin certaines ? 🤔 🙃 L’Assemblée… https://t.co/47oQs6jtlE      

19 Juil 2016

Point presse du 19 juillet à l’Assemblée nationale

Le point presse d’aujourd’hui est particulier, il a lieu quelques jours après l’attentat de Nice qui a tué 84 personnes dont des enfants et des adolescents le soir du 14 juillet. J’aborderai donc principalement la question de la prolongation de l’état d’urgence.

J’ai tout d’abord une pensée pour les victimes et tous ceux dont les jours sont toujours en danger, ainsi que leurs proches. Ils ont notre soutien.

Je voudrais tirer un coup de chapeau aux forces de sécurité et aux équipes de soin qui se sont mobilisés pour répondre à l’urgence.

Et enfin, je voulais vous dire qu’il est nécessaire de rester solidaires. Il y a une indignité à vouloir exploiter politiquement cette tragédie. Nous soutenons le gouvernement qui se montre à la hauteur pour assurer la sécurité des Français.

La première sécurité c’est de vaincre Daesh. Notre pays est depuis 5 ans le fer de lance de la lutte contre le terrorisme. Nos troupes sont engagées en Lybie, au Mali, en Syrie, en Irak et chaque jour nous portons des coups fatals à l’organisation Etat Islamique. Daesh a perdu 40% des territoires qu’il occupait et je suis convaincue que d’ici quelques mois, nous l’aurons vaincu sur le plan militaire. C’est d’ailleurs l’une des raisons pour lesquelles Daesh nous attaque aujourd’hui sur notre sol.

La deuxième sécurité, c’est de renforcer tous les dispositifs de protection des Français :

–         C’est ce que nous faisons en créant 9000 emplois de policiers quand 12500 avaient été détruits entre 2007 et 2012.

–         C’est ce que nous faisons en prévenant la radicalisation : que ce soit l’expulsion des prêcheurs de haine, les procédures de signalement à disposition des familles, les fermetures de lieux de culte radicalisés…Depuis 2012 le gouvernement combat sur tous les fronts.

–         Nous avions besoin de moderniser notre droit et c’est ce que nous avons fait en votant ici-même 3 lois anti-terroristes et 1 loi renseignement qui permettent de condamner les individus qui rentrent des camps d’entrainement au Djihad, mais aussi de prononcer des interdictions de sortie du territoire, de bloquer les sites de propagande, de mettre sur écoute les suspects…

Oui l’Etat a mobilisé tous ses moyens. Oui l’Etat est à la hauteur de ses responsabilités vis-à-vis des Français.

La troisième sécurité, c’est de combattre tous les ferments de la division. C’est de ne pas tomber dans le piège que nous tendent les terroristes en faisant tout pour assurer l’unité des Français.

Cela passe par la plus grande sévérité contre les actes antisémites ou antimusulmans et le refus catégorique des discours de stigmatisation. Nous avons en première lecture de la loi Egalité et citoyenneté légiféré en ce sens.

Cela passe aussi par la réaffirmation des valeurs que nous avons en partage – celles de la République – qui sont le ciment du vivre-ensemble dans notre pays.

Ce qui vaut pour les Français, vaut encore plus pour les responsables politiques à qui nous adressons un appel à la décence.

L’unité nationale ne peut pas se faire sans l’unité de ceux qui représentent la nation. C’est un préalable. Et c’est parce que nous sommes restés unis en janvier et en novembre 2015 que notre pays a pu relever la tête et forcer le respect du monde entier. Lorsque la République est attaquée dans ses valeurs, elle doit faire bloc.

A gauche, c’est une règle que nous avons toujours observé : que ce soit sous de Gaulle, sous Chirac ou sous Sarkozy, jamais nous n’avons cherché à instrumentaliser un attentat à des fins politiciennes.

Et donc il n’est pas vrai que ce sont les responsables politiques dans leur entier qui auraient tenu des propos indignes ;

Je le dis à M.Estrosi, qui a soudainement oublié la force du front républicain.

Je le dis à M.Juppé, qui croit pouvoir promettre aux Français d’empêcher tout attentat. Et qui a stigmatisé les services de renseignement alors même que le criminel qui conduisait ce camion n’était pas fiché.

Je le dis à M.Sarkozy qui après avoir coupé les budgets et les effectifs des forces de défense et de sécurité accuse le Gouvernement qui, lui, les a augmentés.

Je le dis aussi à Mme Le Pen qui hurle au laxisme alors que ses élus ont voté contre toutes les lois de sécurité proposées par notre majorité.

Je les mets en garde tous : en accusant faussement le gouvernement, en alimentant la peur et la colère,  ils prennent le risque d’affaiblir notre première défense qu’est l’unité nationale.

Quant à leur propositions toutes plus excessives les unes que les autres, elles feraient tomber le pays dans le piège où les terroristes veulent le pousser : celui des solutions extrêmes. Mais surtout de solutions inefficaces et inapplicables. Et je veux le dire avec force au Français : aucun état, même les plus autoritaires, même les plus sécuritaires,  n’est immunisé contre le risque d’attentats. Regardez ce qui s’est passé en Turquie ou en Russie il y a quelques années. L’honneur de la France, l’honneur de ce Gouvernement, c’est de combattre le terrorisme avec les armes de la démocratie.

L’état d’urgence fait justement partie de ces armes. L’attentat de Nice a rappelé que nous ne pouvions pas encore baisser la garde. La prolongation de l’état d’urgence  va permettre de faire la transition avec l’entrée en vigueur de la réforme de la procédure pénale dont les décrets d’application ne sont pas encore tous sortis.

Le texte reprend les dispositions existantes (perquisitions administratives) mais ouvre aussi la possibilité d’exploiter les données des téléphones et des ordinateurs saisis.

Pour le reste, sur la durée comme sur le contenu, nous sommes aux propositions qui vont dans le sens de davantage de sécurité pour les Français. Mais nous ne voulons pas entrer dans le concours Lépine des mesures dérogatoires à l’état de droit auquel se livre l’opposition. Je donne un exemple : quand la droite propose d’interdire les manifestations, nous ne sommes pas d’accord. La France doit continuer de vivre. La démocratie doit continuer de s’exprimer. C’est l’acte de résistance le plus fort au terrorisme. Alors je souhaite, j’espère que le débat de ce soir sera un moment de ressaisissement et que l’intérêt national reprendra le pas sur les polémiques médiocres.