• Décidément, l'Etat a toujours un problème avec les transports ! Pécresse et Hidalgo demandent à l’Etat de reporter… https://t.co/Hmq1agBLiz      RT @RPFranceUE: #Strasbourg: Minute de silence des Chefs d'Etat et de gouvernement européens en hommage aux victimes #EUCO https://t.co/R8q…      RT @lemondefr: @NunezLaurent #Strasbourg @NunezLaurent : "C’est un individu connu de nos services, il a fait plusieurs séjours en prison et…      Du foin étalé dans la ligne 13 du métro pour dénoncer les conditions de transport https://t.co/EuNyJR95YQ      RT @UNESCO_fr: Remettons les choses au clair. L’adaptation au réchauffement climatique doit refléter l’union entre les peuples ainsi que l…      RT @le_Parisien: #Giletsjaunes La ville de Paris fait place nette à la veille des manifestations de demain. Tout ce qui peut être utilisé p…      RT @Proprete2Paris: Bon courage (à nouveau) aux collègues de la Fonctionnelle et de Clichy Nuit qui vont avoir fort à faire ce soir. Bon co…      Les profils Facebook des porte-parole des Gilets jaunes révèlent « des citoyens très politisés et souvent antisystè… https://t.co/nvWPxA05rK      RT @LioCavic: En cette Journée mondiale de lutte contre le #SIDA, le Pr. Jean-Daniel Lelièvre fait le point sur la recherche d'un #vaccin a…      RT @France3Paris: Aux abords des Champs-Elysées, notamment avenue de Friedland, déjà de lourds dégâts ► https://t.co/GTuF6zmHy7 #ChampsElys…      

7 Juin 2016

Point presse du 7 juin à l’Assemblée nationale

Lors de ce point presse il sera principalement question de la loi Sapin II qui constitue l’actualité parlementaire de la semaine. Je ferai aussi un point sur la réduction du déficit de la sécurité sociale.

Avant de commencer ce point presse, je voudrais adresser un message de solidarité à la Turquie qui vient de subir encore une fois un attentat à la voiture piégée au cœur d’Istanbul.

Solidarité aussi et soutien aux Français qui ont été sinistrés par les inondations. Je tiens à saluer les mouvements d’entraides qui se sont spontanément organisés entre voisins. C’est dans ces moments que la solidarité est la plus indispensable et les Français se sont montrés exemplaires.

Un coup de chapeau également aux services de l’Etat,  ce que nous a dit le Premier ministre tout à l’heure, police, gendarmerie, sécurité civile et secours… qui se sont montrés à la hauteur des circonstances et à tous ceux qui travaillent aujourd’hui pour réparer les dégâts.

Un mot enfin pour approuver et accompagner la décision du Gouvernement de débloquer un fonds d’urgence afin aider les personnes les plus gravement sinistrées.

Bien sûr, cette solidarité nous souhaiterions qu’elle s’exprime au-delà du voisinage, du gouvernement et des professionnels. Je pense à certains blocages dans notre pays, qui continuent aujourd’hui. Je  rappelle que ceux qui tentent aujourd’hui de paralyser le pays ne sont pas concernés par la loi travail. Je veux leur dire qu’on ne peut pas bloquer à cause d’un combat qui n’a pas lieu d’être.

 Déficit de la sécurité sociale

Avant d’aborder l’actualité parlementaire, je voudrais revenir d’un mot sur les bons chiffres des comptes sociaux. Il y a cinq ans  le déficit de la sécurité sociale était de 27 milliards, aujourd’hui il est de 9 milliards. Depuis 2012 nous avons réussi à diminuer le déficit de la sécurité sociale de 2/3, sans déremboursements, en maintenant les prestations et les protections auxquelles sont très attachés nos concitoyens. Nous sommes le seul pays d’Europe à avoir maintenu le même niveau de couverture malgré la crise économique et cela mérite d’être souligné.

Loi Sapin

L’actualité parlementaire de la semaine c’est la loi Sapin II mais avant d’entrer dans le détail des mesures, je voudrais revenir sur  un reproche qui nous est souvent fait, celui d’avoir oublié le discours du Bourget. C’est faux, le discours du Bourget, nous l’avons réalisé et je souhaite vous le démontrer.

Depuis 2012, nous avons fait bougé les lignes au niveau européen. Je pense au rachat des dettes publiques par la BCE, c’était une revendication de la France. Je pense au fond permanent de solidarité, qui était aussi une revendication de la France. Je pense à l’Union bancaire, qui était une revendication de la France.

Depuis 2012, nous avons réorienté la finance vers son but premier, c’est-à-dire la production :

–         En alignant la fiscalité du capital sur celle du travail.

–         En empêchant les banques de spéculer avec l’argent des déposants (loi bancaire)

–         En créant une banque publique d’investissement.

Depuis 2012, nous avons fait de la lutte contre les tricheurs un axe majeur de notre politique. La lutte contre la fraude fiscale rapporte chaque année 20 milliards d’euros. L’échange automatique d’informations, mis en place à la demande de la France, fait reculer les paradis fiscaux : récemment, la Suisse et plusieurs autres pays ont été contraints d’abandonner le secret bancaire.

Depuis 2012, nous avons enfin œuvré à la moralisation des milieux économiques en plafonnant les rémunérations des dirigeants d’entreprises publiques, en taxant lourdement les bonus bancaires, les parachutes dorés, les retraites-chapeaux.

Alors oui, concrètement, petit à petit,  nous nous sommes attaqués à la finance. Il y a moins d’abus, moins de laisser-faire. Nous sommes extrêmement attachés à ces mesures parce que nous savons que nous ne sommes pas si nombreux que ça à les porter au sein de l’Europe.

Je termine ce point presse avec la  loi Sapin 2, un texte de transparence qui crée un statut pour les lanceurs d’alerte, qui instaure un reporting pays par pays pour les multinationales.

Un texte de régulation qui donne un cadre à l’action des lobbys, qui conditionne la rémunération des grands patrons à l’accord des actionnaires, qui protège les biens des Etats contre les fonds vautours.

C’est aussi un texte qui réprimera plus sévèrement la corruption grâce notamment à l’agence nationale de prévention et de détection de la corruption créée ici.

La loi Sapin 2 – comme la loi pour la refondation de l’école, comme la loi pour l’égalité femmes/hommes, comme la loi de transition énergétique – fait partie de ces textes qui rappellent à toutes les composantes de la gauche ce qu’elles ont en commun et qui les oppose assez radicalement à la droite. Ce n’est d’ailleurs pas un hasard si l’opposition dépose une motion de renvoi contre ce projet de loi : l’indulgence envers la délinquance en col blanc reste pour eux une vraie défense. Il est impératif que dans ses combats, la gauche progressiste se rassemble pour faire face à une opposition qui a toujours tendance à ne pas vraiment vouloir lutter contre la fraude fiscale. Et c’est à l’occasion de ce texte qu’il faut écouter les uns et les autres pour bien comprendre qu’il reste des clivages entre la droite et nous.