28 Oct 2015

Mon intervention sur le budget culture 2016 en Commission

Je suis intervenue sur le budget culture pour 2016 lors de sa présentation en Commission. Vous pouvez accéder à la vidéo ci-dessous.

 

Monsieur le Président, mes chers collègues

Je voudrais à mon tour saluer le travail des rapporteurs et je vais m’intéresser plus particulièrement à celui extrêmement intéressant de la rapporteure Marie-Odile Bouillé. C’est un bon choix en effet de s’intéresser aux Scènes nationales, leur action pour la promotion et la diffusion de la culture sous toutes ses formes est fondamentale, comme le démontre le rapport.

Je voudrais aussi saluer le fait que ce budget 2016 est un bon budget pour la culture, avec une augmentation de 46,5 Millions d’euros. Alors que nous faisons des efforts financiers considérables pour réduire les déficits publics, c’est la preuve que nous n’oublions pas pour autant l’importance de la culture pour la nation, pour l’épanouissement, pour l’éducation, mais aussi pour l’économie car derrière chaque spectacle il y a des emplois.

Concernant les Scènes nationales, je sais qu’il y a un sujet d’inquiétude qui revient souvent, c’est le désengagement financier des collectivités locales. Rien que pour l’année 2015 celui-ci a été chiffré à 3,5 millions d’euros pour l’ensemble du réseau.

La situation de la Scène de Chambéry a notamment marqué les esprits, vous y avez fait allusion Mme la rapporteure, puisque la nouvelle majorité a supprimé 300.000 € de subvention sans prévenir en cours d’année, obligeant le directeur à mettre ses salariés au chômage technique.

Tout le monde a bien conscience que les collectivités locales doivent elles aussi participer à l’effort de réduction de la dette publique. Mais il est en effet regrettable de constater que la culture est trop souvent la première cible des coupes budgétaires.

L’inquiétude s’étend d’ailleurs à l’année 2016. On l’a vu l’Etat est lui bien présent financièrement à travers ce budget. Mais toutes les craintes sont permises quant aux futures réductions de crédits que risque de mettre en place les collectivités locales, dans la continuité de l’année passée.

Ma question porte donc sur ce que peut faire l’Etat pour inciter les collectivités à maintenir leurs participations dans le réseau des Scènes nationales ?