• Les commanditaires, si loin de Paris https://t.co/09VTqOwxXq via @Lesjoursfr      RT @COMJUS_ASSAS: La Défenseure des droits, Claire Hédon, s’inquiète d’une prolongation de l’état d’urgence sanitaire. ⁦@lemondefr⁩ #DDD ht…      Témoignages bouleversants des survivants pris en otage dans l’Hyper Cacher. « La volonté de vivre face à la fureur… https://t.co/CheVKLe5p7      « Ensemble, défendons la liberté : lettre ouverte à nos concitoyens » — via ⁦@LaMatinale_M⁩… https://t.co/Ss4Z8OiNxY      A Madrid, «on nous confine parce qu’on est pauvres». 37 zones de la capitale espagnole sont reconfinées aujourd’hui… https://t.co/6YOWegvGsZ      40 ans de blocages, c’est hallucinant 🍃 https://t.co/dUU2L9hi9G      RT @catherinegaste: La loi autorise la privatisation de kilomètres de nationales. Un décret, publié au « Journal officiel» ni vu ni connu a…      RT @anticor_org: #CamillePascal a été condamné en 2017 au pénal à 15.000€ d'amende et deux mois de prison avec sursis pour #favoritisme dan…      Macron se Sarkozyse... A l’Elysée, la mue « républicaine » du macronisme — via ⁦@lemondefr⁩ https://t.co/tNYLJemO9b      RT @Sifaoui: 9️⃣ La question de la liberté d’expression, de la liberté de conscience du droit de transgresser et de choquer les idéologies,…      

5 Oct 2015

Un vœu devenu réalité

image1Sous une pluie battante mais dans une ambiance qui appelait au recueillement, la Maire de Paris a inauguré, lundi, la rue Severiano de Heredia, en hommage au premier Président du conseil de Paris caribéen. Cette nouvelle rue, située au coeur de l’îlot Saussure a été une occasion toute trouvée de réhabiliter un homme d’envergure, qui a été un temps malmené puis oublié.

Député puis miMinistre au début de la IIIe République, originaire de Cuba, Severiano de Heredia est issu d’une grande famille d’intellectuels, dont le poète José Maria de Heredia. Il s’illustre dans la défense de l’école publique et du respect de la laïcité. Il est également l’instigateur du réseau des bibliothèques municipales.

C’est à travers des figures comme la sienne que prend corps un discours de tolérance. Se rappeler qui il était, c’est aussi une façon de refuser le racisme et la xénophobie sous toutes ses formes, même les plus insidieuses.

Nous avons, élu de gauche du 17e arrondissement, appelé d’un vœu en conseil d’arrondissement pour que cette rue, encore vierge de toute histoire, puisse porter le nom de celui qui a été un personnage historique de notre ville. C’est aujourd’hui lui rendre justice et lui faire honneur, que d’attribuer son nom à une rue du 17e arrondissement, pour que toujours cette fois, on se souvienne de lui.