• États-Unis : George Floyd ou la terreur d’être noir via ⁦@courrierinter⁩ #USArevolts https://t.co/fD5n4q8npQ      RT @lemondefr: De Minneapolis à Washington, une vague de colère contre le racisme et la violence policière https://t.co/u6N7R583uK      Pour la première fois, Twitter réduit la visibilité d’un tweet présidentiel. Le bras de fer entre Donald Trump et T… https://t.co/yEZaYHpgwa      RT @AFPMakingof: Le photographe Anthony Wallace @AntAFP vient d'être primé pour ses images des manifestations pro-démocratie de Hong Kong.…      RT @fabricearfi: Cette séquence est proprement sidérante.      En effet, « mascarade » qualifie encore mieux le second tour que le premier #Municipales2020 https://t.co/D2Lu7rMfpU      RT @mybiketowork: Flippant et indispensable de le savoir. Plus ou moins identique avec un bus j’imagine.      RT @SecuRoute_PP: En 🇫🇷 comme en 🇧🇪, les #cyclistes ont besoin d'un espace de sécurité. Au minimum 1 mètre en ville, 1,5 m hors agglomérat…      Deux nouveaux groupes en sept jours composés de députés LREM et ex LREM via @lavoixdunord #AssembleeNationale https://t.co/Q7EFZ2hkZB      RT @courrierinter: 🇵🇪 Le Pérou, qui voit la courbe de la contagion monter, est le deuxième pays d’Amérique latine le plus touché. Les exper…      

5 Oct 2015

Un vœu devenu réalité

image1Sous une pluie battante mais dans une ambiance qui appelait au recueillement, la Maire de Paris a inauguré, lundi, la rue Severiano de Heredia, en hommage au premier Président du conseil de Paris caribéen. Cette nouvelle rue, située au coeur de l’îlot Saussure a été une occasion toute trouvée de réhabiliter un homme d’envergure, qui a été un temps malmené puis oublié.

Député puis miMinistre au début de la IIIe République, originaire de Cuba, Severiano de Heredia est issu d’une grande famille d’intellectuels, dont le poète José Maria de Heredia. Il s’illustre dans la défense de l’école publique et du respect de la laïcité. Il est également l’instigateur du réseau des bibliothèques municipales.

C’est à travers des figures comme la sienne que prend corps un discours de tolérance. Se rappeler qui il était, c’est aussi une façon de refuser le racisme et la xénophobie sous toutes ses formes, même les plus insidieuses.

Nous avons, élu de gauche du 17e arrondissement, appelé d’un vœu en conseil d’arrondissement pour que cette rue, encore vierge de toute histoire, puisse porter le nom de celui qui a été un personnage historique de notre ville. C’est aujourd’hui lui rendre justice et lui faire honneur, que d’attribuer son nom à une rue du 17e arrondissement, pour que toujours cette fois, on se souvienne de lui.