• RT @HCEfh: [3ème mandat 2019-2021] @BrigitteGresy : « Je suis fière d’être la nouvelle présidente du @HCEfh . C’est une instance formidable…      RT @LeParisien_75: Paris : la piétonnisation des quais de Seine entérinée par la justice https://t.co/3pWtLhZ691      RT @CfdtBerger: Réaction à froid dans @libe après l’annonce de la réforme assurance chômage. Deux jours après, toujours ce terrible sentime…      Une des pionnières du foot féminin, et qui en parle avec passion @AnnieFortems sur le plateau de @CPolF5https://t.co/Wb3fWH60CS      Bravo à l’association HDM qui a si bien concrétisé son projet de jardins partagés #PortedAsnieres #Paris17https://t.co/3Z6k5mWjU3      Le terrifiant calvaire des migrants. « On m’a traité comme un esclave » : rescapés de l’enfer libyen, des migrants… https://t.co/UCFcaKPPN8      RT @franceculture: 10 juin 1944, Oradour-sur-Glane, 642 villageois, hommes, femmes, enfants sont massacrés par les nazis. Portrait d'un vil…      RT @BantignyL: Elle avait 17 ans d'ancienneté. Elle a été licenciée pour "faute lourde" sans préavis ni indemnité. Une salariée d'un hyperm…      #AllezLesBleues #CoupeDuMonde2019 ⚽️ https://t.co/NW4o4xqWgm      Donc les nationales seront limitées à 80km/h et les départementales à 90 km/h ? Enfin certaines ? 🤔 🙃 L’Assemblée… https://t.co/47oQs6jtlE      

29 Juin 2015

Déclaration du Président de la République sur la situation en Grèce

Face à la situation en Grèce le Président de la République a pris la parole ce matin, lundi 29 juin. J’ai souhaité restituer cette déclaration sur mon blog.

Déclaration du Président sur la situation en Grèce 

« J’ai tenu ce matin un Conseil restreint consacré à la Grèce. La Grèce a décidé d’interrompre les négociations qui étaient en cours depuis des semaines, qui portaient sur un plan global, durable, et qui concernait les institutions européennes, le Fonds Monétaire International, mais surtout l’ensemble des pays de la zone euro.

Je regrette ce choix parce que nous étions tout près d’un accord.

La Grèce a également décidé de consulter le peuple par référendum. C’est son choix souverain. C’est la démocratie et le droit du peuple grec de dire ce qu’il veut pour son avenir.

L’enjeu sera fondamental : il est de savoir si les Grecs veulent rester dans la zone euro. C’est leur place à mes yeux, mais c’est à eux d’en décider, ou de prendre le risque d’en sortir.

Nous savons qu’il y a encore quelques heures avant que la négociation pour la prolongation de ce que l’on appelle le programme de soutien à la Grèce soit définitivement close. Je souhaite que, si les Grecs en décident, cette négociation puisse reprendre mais c’est à eux, et à eux seuls, de le dire.

La France – c’était le sens de la réunion de ce matin – est disponible, toujours disponible pour que le dialogue puisse reprendre, puisse reprendre aujourd’hui, puisse reprendre demain. Aujourd’hui, il y a toujours la possibilité d’un accord ; demain cela dépendra de la réponse des Grecs au référendum qui leur est proposé.

La France est pour que la Grèce reste dans la zone euro. La France est toujours prête à agir mais elle ne peut le faire que s’il y a cette volonté commune de parvenir à une solution.

Beaucoup de temps a passé. J’ai joué, avec le Gouvernement français, et notamment le ministre Michel SAPIN, tout le rôle qui revient à la France. Je l’ai fait en parfaite cohérence avec nos partenaires, notamment avec l’Allemagne, et avec l’ensemble des institutions et des pays de la zone euro, parce que c’était la responsabilité de la France, toujours, de favoriser une solution.

Aujourd’hui il y a des incertitudes, notamment en Grèce, même si la Banque Centrale Européenne a fait en sorte d’apporter des liquidités indispensables pour le fonctionnement jusqu’au moment du référendum. Il y a aussi des inquiétudes qui peuvent exister sur les marchés, mais je veux ici être clair là : des mesures très importantes ont été prises depuis déjà
plusieurs mois pour consolider la zone euro – et l’Union Bancaire en a été le résultat -, pour faire en sorte qu’il y ait plus de cohésion dans la zone euro et plus de moyens de faire face à toute spéculation.

Enfin l’économie française n’est plus dans la même situation qu’il y a quatre ans. Il y a quatre ans, c’était la crise grecque, la peur qu’il y ait un désordre considérable. Il y avait déjà un désordre considérable sur les places financières. Aujourd’hui, l’économie française est robuste, bien plus robuste qu’il y a quatre ans, et elle n’a rien à craindre de ce qui pourrait se produire. La France n’agit pas parce qu’elle aurait peur ou parce qu’elle serait inquiète. Elle agit parce que c’est sa responsabilité de le faire. Parce que nous devons faire en sorte que la zone euro, que l’Europe que nous avons voulue, puisse poursuivre sur les bases de la responsabilité et de la solidarité.

La solidarité est toujours possible quand la responsabilité est là. C’est cette idée de l’Europe
que la France continuera à faire prévaloir dans les jours qui viennent.

Je vous remercie. »