17 Avr 2015

Une loi qui prend soin de vous

Loi santéNotre système de santé est l’un des plus efficaces et reconnus dans le monde, mais les inégalités sociales et territoriales sont grandes. Le projet de loi sur la Santé, qui vient d’être voté par la majorité de l’Assemblée nationale, attaque ces inégalités et protège les patients. Ce texte, enrichi par le débat parlementaire et les amendements des députés, est une bonne nouvelle pour tous les Français car il va améliorer concrètement nos conditions de vie.

Les mesures dont on a entendu parler…

La généralisation du tiers payant est de loin le sujet le plus commenté car il s’agit d’un engagement de François Hollande et il a été tenu. Des réponses ont été apportées à des craintes légitimes exprimées par des médecins et ceux-là ont pu être rassurés. En revanche, d’autres qui s’exprimaient dans l’hémicycle avaient oublié qu’ils étaient là d’abord comme députés et non comme médecins.

Nous n’acceptons pas qu’un français sur trois renonce à bien se soigner faute d’argent et nous voulons continuer à garantir l’accès pour tous à la santé. Ainsi, plus aucun assuré n’aura-t-il besoin d’avancer de frais médicaux à partir de 2017. De plus, cela permettra de désengorger les services d’urgence trop fréquentés pour des soins qui justement ne relèvent pas de l’urgence immédiate mais de soins à plus long terme.

Au-delà de cette mesure aussi concrète que symbolique, notre politique de santé publique, extrêmement malmenée, devait être réformée. Cette grande loi contient de nombreuses avancées. Par exemple, contre les déserts médicaux nous créons des groupements hospitaliers de territoire. Les établissements d’une même zone devront se coordonner pour mettre en place une offre de soins complète et adaptée aux réalités de chaque territoire. Par ailleurs, il n’y aura aucune fermeture d’hôpital.

En France 200 personnes succombent chaque jour des effets du tabac. Les tentatives des multinationales du secteur pour encourager la consommation de plus en plus tôt seront freinées par l’obligation du paquet neutre, sans logo, à partir de 2016, et par l’interdiction des produits aromatisés comme les cigarettes mentholées ou celles contenant des petites capsules à activer, qui visent directement le jeune public. Le sevrage tabagique sera mieux remboursé et il pourra être prescrit par les médecins du travail, les infirmiers et les sages-femmes lors de la grossesse.

Les salles de consommation à moindre risque seront expérimentées. Pourquoi la France devrait-elle se passer d’un dispositif qui fonctionne chez ses voisins européens ? Pour la population, il limite les nuisances actuelles que sont les seringues abandonnées sur la voie publique et les personnes qui se droguent dans la rue ou les cages d’escalier. Pour les toxicomanes, il réduit les risques d’overdose ou d’infection par le Sida et les hépatites. Surtout, il permet aux services sociaux de nouer contact avec une population totalement désocialisée, premier pas indispensable pour les aider à sortir de l’enfer de la drogue.

L’accès à l’IVG est réaffirmé comme droit fondamental. Désormais, les sages-femmes pourront y procéder par voie médicamenteuse. Le délai de réflexion d’une semaine entre deux consultations médicales préalables a été supprimé. Les femmes qui vont avorter ne le font pas sans y avoir déjà réfléchi et les informations relatives au sujet sont bien plus facilement accessibles aujourd’hui qu’il y a 40 ans. Ce délai d’attente imposé jusque là pouvait faire passer d’une IVG médicamenteuse à une IVG chirurgicale. Un acte plus traumatisant qui n’est pas utile et qui est dangereux pour la santé des femmes.

 Et celles, tout aussi essentielles, que l’on connaît moins…

Une importance plus grande est enfin donnée à la prévention dans de nombreux domaines. Face à la hausse constante du diabète et de l’obésité, des pathologies qui touchent en premier lieu les familles modestes, la loi prévoit un système d’étiquetage nutritionnel clair. Autrement dit, sur les produits alimentaires, un code couleur indiquera leur qualité nutritionnelle pour permettre à chacun d’identifier le moins gras, le moins sucré, le moins salé et de consommer en connaissance de cause. L’accès au dépistage du VIH sera facilité avec la pratique de tests rapides donnant un résultat en moins de 30 minutes et des autotests qui seront délivrés sans prescription.

Enfin, une très belle mesure, le droit à l’oubli. Il permettra aux personnes guéries (depuis 15 ans) d’une maladie très grave de contracter des prêts sans avoir à déclarer leur passé médical. C’est une avancée historique pour des milliers de Français qui pourront reconstruire leur vie sans entrave. Pour la première fois, nous ouvrons la possibilité aux victimes de scandales sanitaires, comme le Médiator ou les prothèses mammaires PIP, d’engager des actions de groupe devant la justice pour demander réparation.

Toutes ces avancées sont réalisées en réduisant le déficit de la Sécurité Sociale, ses défaillances et ses gaspillages, sans baisser le niveau des soins et des remboursements des patients. C’est aussi ça, une réforme de gauche.