• Généreuse, joyeuse, engagée, militante, socialiste, humble, et si vraie ! Une grande dame 🖤 https://t.co/u78m7f211a      #Pollution #Paris https://t.co/dQ42cOwpfw      RT @fabricearfi: Privilège de la délinquance en col blanc. Même condamné, vous obtenez le soutien du ministre de l'Intérieur — censément pa…      RT @christopheconte: En ce qui me concerne ce sera toujours tout sauf Le Pen. Bonne nuit.      RT @edwyplenel: Affaire «Bismuth»: l’ancien président de la République Nicolas Sarkozy condamné à trois ans de prison dont un ferme pour co…      @heladaboussi @BenjMathieu Notre arrondissement de ❤️ !      RT @libe: INFO LIBÉ – 🔴 La justice saisie pour fraude au chômage partiel chez Hop, la filiale d'Air France ⤵️ https://t.co/a1ApnW0oBx      RT @lemondefr: Airbnb résiste à la débâcle du secteur touristique : l'entreprise a la conviction que son offre est mieux adaptée que les hô…      RT @ONUinfo: Nous avons assisté sous le prétexte de la pandémie à une prolifération de mesures de sécurité & d’urgence autoritaires visant…      RT @Ccesoir: Race : "On s’est quand même battus pendant des générations pour arrêter d’utiliser ce mot." @CarolineFourest dans #CCeSoir htt…      

17 Avr 2015

L’aide à l’enfance se fait une place du local au national

Billet ASEIl y avait foule au 183 rue Ordener dans les locaux de l’Aide sociale à l’enfance. L’espace était parfois trop étroit pour accueillir tout le monde pour cette inauguration symbolique. C’était l’occasion de remercier l’équipe de ces lieux ouverts depuis un an déjà.

C’est un espace d’accueil et d’écoute avec des locaux fonctionnels, adaptés par l’architecte aux parents en difficulté et à leurs enfants. Les enfants peuvent même profiter d’un bout de jardin mis à leur disposition. Ici, l’objectif est d’offrir protection et compréhension, d’apaiser les souffrances et redonner de l’espoir.

J’ai suivi la localisation de cet emplacement qui a posé problème avant que le voisinage comprenne de quoi il s’agissait. En prenant la parole, j’ai souhaité témoigner de la solidarité qui s’est opérée dès lors qu’il a été question de l’enfance en danger. C’est un sujet qui nous touche tous mais sur lequel les tabous et le silence sont encore forts. A Paris, la Maire et son adjointe Dominique Versini, sont particulièrement attentives à développer des solutions pour venir en aide à l’enfance maltraitée.

En tant que députée, j’ai dit mon engagement sur cette question. En effet, nous allons débattre d’une proposition de loi adoptée par le Sénat et qui vient à l’Assemblée nationale au mois de mai *. Ce texte va venir compléter et renforcer la loi du 5 mars 2007 afin d’améliorer la gouvernance nationale et locale de la protection de l’enfance, de sécuriser le parcours de l’enfant pris en charge par l’aide sociale à l’enfance et de garantir une plus grande stabilité de l’enfant, en particulier en adaptant son statut quand il fait l’objet de placements longs.

La question de la protection de l’enfance est essentielle et mérite qu’elle soit bien traitée du local au national.

* la proposition de loi est issue principalement de deux rapports :

– le rapport de l’Inspection générale des affaires sociales (IGAS), sur les conditions de reconnaissance du délaissement parental et ses conséquences pour l’enfant (novembre 2009),

– le rapport du groupe de travail « Protection de l’enfance et adoption », présidé par Adeline Gouttenoire, intitulé « 40 propositions pour adapter la protection de l’enfance et l’adoption aux réalités d’aujourd’hui » (février 2014). Ce groupe de travail avait été installé en octobre 2013 par la ministre déléguée à la famille, Dominique Bertinotti.