19 Déc 2014

Réduction des inégalités : plus qu’un slogan, des actes

ASSEMBLEELa réduction des inégalités et la recherche de la justice sociale font partie de l’ADN de la gauche. La période de crise économique que nous traversons n’est pas une excuse pour repousser à plus tard ces objectifs, elle ne les rend au contraire que plus urgents. Non seulement parce que les personnes qui souffrent sont plus nombreuses, mais aussi parce que réduire les inégalités est une solution pour relancer l’activité.

Depuis mai 2012, nous n’avons cessé de prendre des mesures concrètes concernant le pouvoir d’achat, la santé, les retraites, la précarité… Elles sont diverses et visent des publics différents, mais elles sont animées d’une même ambition : réduire les injustices.

Ces mesures n’ont pas fait la Une des média. Elles n’ont pas toutes été l’objet de débats passionnées sur les chaines d’information continues. Vous n’en avez peut-être jamais entendu parler ou ne savez pas que vous pouvez en bénéficier. Mais nous nous battons depuis deux ans et demi dans l’hémicycle pour les mettre en œuvre et pour qu’elles améliorent le quotidiens de nos concitoyens.

En voici une liste, succincte et non exhaustive, mais qui rappelle qu’il existe des différences flagrantes entre une politique de gauche et de droite :

– Extension des tarifs sociaux pour l’énergie et le gaz à 2 millions de ménages supplémentaires, interdiction de couper le chauffage, l’eau et l’électricité pendant la période hivernale

– Plafonnement des frais bancaires

– Encadrement des loyers à Paris et dans certaines zones en tension, soutien massif à la construction de logement

– Augmentation de 25% de l’allocation de rentrée scolaire

– Droits rechargeables à l’assurance chômage qui permettent à un chômeur de conserver les droits qu’il a acquis même en cas de fin précoce de son nouveau contrat de travail

– Lutte contre le travail précaire en encourageant les embauches en CDI et en surtaxant les CDD

– Rétablissement de l’allocation équivalent retraite qui permet aux séniors au chômage de supporter la jonction entre la fin de leurs droits et le début de leur retraite

– Rétablissement de la retraites à 60 ans pour les carrières longues, prise en compte de la pénibilité pour que ceux qui ont les métiers les plus difficiles puissent partir à la retraite plus tôt

– Augmentation du minimum vieillesse pour les retraités les plus pauvres, prime de 40€ pour ceux touchant moins de 1.200€ par mois

– Généralisation de la complémentaire santé à tous les salariés

– Lutte contre les déserts médicaux et limitation des dépassements d’honoraires des médecins

– 50000 places de crèches créées depuis 2012

– Remboursement à 100% de l’IVG et gratuité de la contraception pour les moins de 18 ans.

– Renforcement des bourses universitaires qui soutiennent 80.000 étudiants supplémentaires, généralisation de la caution étudiant à tous ceux qui en font la demande

– Nouvelle géographie prioritaire pour réellement concentrer les moyens dans les territoires qui en ont le plus besoin

– Augmentation du budget de l’Education Nationale avec la formation de nouveaux enseignants, la lutte contre le décrochage des élèves, la réforme de l’Education prioritaire et celle des rythmes scolaires.

– Augmentation du budget de l’Education Nationale avec la formation de nouveaux enseignants, la lutte contre le décrochage des élèves, la réforme de l’Education prioritaire et celle des rythmes scolaires.

– Extension du tiers payant à tous les français d’ici 2017, dès 2015 il bénéficiera à toutes les personnes en dessous du seuil de pauvreté

– Suppressions des franchises médicales pour 1,2 millions de personnes pauvres à partir de 2015

– Simplification pour les particuliers et les entreprises dans les démarches administratives.

Nous poursuivrons cette politique concrète en 2015 au parlement et dans nos circonscriptions afin de mieux l’expliquer et l’appliquer.