4 Nov 2014

Conférence de presse à l’Assemblée nationale

20141104_131837Un mot pour commencer ce point presse sur l’installation aujourd’hui par le Premier Ministre du comité de suivi des aides publiques aux entreprises. Dans le cadre du Pacte de responsabilité, ce comité réuni les partenaires sociaux et doit permettre d’évaluer les contreparties du patronat à l’important effort financier réalisé par l’Etat pour soutenir les entreprises.

J’ai une question pour M. Gattaz : comment va-t-il mettre en œuvre sa promesse de créer un million d’emplois ? J’observe que certaines branches se sont engagées, comme par exemple la métallurgie. J’observe que le gouvernement joue le jeu. J’attends du président du Medef qu’il s’explique.

 

BILAN MI-MANDAT


D’abord, le bilan à mi-mandat que le président de la République va faire jeudi sera un dialogue les yeux dans les yeux avec les Français. Notre ennemi, c’est la défiance et je veux justement souligner les nombreux atouts que le quinquennat de François Hollande apporte pour sortir le pays des difficultés et retrouver l’estime de soi.

1er atout : Les réformes structurelles. L’Histoire retiendra que François Hollande a été le président qui a osé s’attaquer aux grandes scléroses qui minent l’Etat et l’économie française. Pacte de compétitivité, plan d’économies, réforme territoriale, choc de simplification, réduction des déficits, transition énergétique, refondation de l’école, toutes les réformes qui dormaient dans les greniers de la République depuis 30 ans ont été mises en oeuvre. Sans doute a-t-il manqué un mode d’emploi qui en explique les efforts et le sens mais grâce à elles, la France a de nouveau son destin entre les mains.

2eme atout : La consolidation de notre modèle social. Là encore il est temps de rendre justice au quinquennat. Non seulement notre système social est sauvé de la faillite sans suppression d’aucuns droits et des protections nouvelles vont s’inscrire concrètement dans la vie des Français.

  • C’est la création d’une sécurité sociale professionnelle avec les droits rechargeables en matière de chômage, de formation, de santé.
  • C’est la réforme des retraites qui rétablit le départ à 60 ans pour les carrières longues et reconnaît la pénibilité des métiers.
  • C’est la prise en charge de la dépendance et l’adaptation de la société au vieillissement.
  • C’est la réhabilitation de la négociation sociale.
  • C’est l’égalité des droits avec le mariage pour tous et la lutte contre les discriminations.

 

3eme atout : L’autorité internationale. La France a restauré son rang.

  • Dans la guerre contre le terrorisme où elle est la seule puissance européenne à assumer ses responsabilités politiques et militaires.
  • Dans la réorientation de l’Europe où son combat contre l’austérité et pour la réforme des politiques de l’Union ne cesse de progresser.
  • Dans son engagement pour une mondialisation plus respectueuse de son environnement et des droits de ses peuples.

 

4eme atout : François Hollande lui-même. Un président qui endure beaucoup de tempêtes sans jamais perdre son sang-froid ni sa boussole. Loin des caricatures, François Hollande donne l’exemple du courage et de la ténacité. Il ne dévie pas de sa politique. Sens de l’Etat, sens de l’intérêt général, volonté de cimenter la France et de lui rendre sa souveraineté sont intactes. Le Président est pleinement digne de sa fonction et j’ai la conviction qu’il va retrouver la confiance des Français.

 

LE BARRAGE DE SIVENS

 

Dans ce dossier, nous avons la même ligne de conduite : le respect de l’Etat de droit.

Le respect de l’Etat de droit, c’est combattre pied-à-pied la violence des groupes extrémistes qui ont pris en otage le combat écologique comme on l’a encore vu ces derniers jours à Paris, Nantes et Toulouse. Je veux apporter notre soutien au ministre de l’Intérieur Bernard Cazeneuve qui assume sa mission. Je veux aussi rendre hommage aux forces de l’ordre, particulièrement aux dizaines de gendarmes et de policiers qui ont été blessés dans l’exercice de leurs fonctions.

Bernard Cazeneuve a toujours défendu la même conception du maintien de l’ordre : sécuriser les populations comme les manifestants, faire preuve de fermeté sans risquer la vie de quiconque. Lui imputer la mort de Rémi Fraisse, appeler à sa démission, c’est renverser les responsabilités. Ce sont les casseurs qui ont provoqué les violences, pas les forces de l’ordre, pas le ministre de l’Intérieur. Ce tragique accident a provoqué une émotion légitime, mais l’instrumentalisation de ce drame, de son nom, à des fins polémiques et partisanes est particulièrement scandaleux. Il doit cesser. Respectons le souhait de sa famille de pouvoir faire son deuil en paix.

Le respect de l’Etat de droit c’est aussi de faire toute la lumière sur ce qu’il s’est passé. Il y a une enquête judiciaire en cour, une enquête administrative également, et le défenseur des droits s’est autosaisi. Laissons-les faire leur travail.

Le respect de l’Etat de droit, c’est aussi défendre les procédures démocratiques et légales. Ce projet de barrage est à l’initiative du Conseil général du Tarn. C’est lui le maître d’ouvrage. Depuis 15 ans, il a reçu le soutien de la majorité des élus et de la population, il a franchi tous les obstacles juridiques et a recueilli les financements notamment de l’Europe. Peut-être faut-il l’adapter à la lumière de l’expertise technique demandée par le ministère. C’est l’objet de la réunion d’aujourd’hui au ministère de l’Ecologie.

Ségolène Royal réuni ce soir autour de la table tous les acteurs de ce dossier : élus locaux, Préfet, experts, mais aussi les associations de protection de l’environnement et les associations agricoles. Même si les points de vue de départs peuvent être très éloignés les uns des autres, ce n’est que dans le dialogue qu’une solution durable et acceptable par toutes les parties sera possible. Je pense que nous pouvons compter sur le Président du Conseil Général du Tarn qui a démontré son sens du dialogue et de l’apaisement.