15 Avr 2014

Conférence de presse à l’Assemblée nationale

Photo Point Presse 15042014

Au cours de ma conférence de presse à l’Assemblée nationale, j’ai parlé, entre autres, de la situation de l’euro, des propositions de loi à l’ordre du jour de l’Assemblée, et des propos de Marine Le Pen sur les évènements en Ukraine.

 

 
L’élection du rapporteur du budget

 

Je veux tout d’abord adresser mes félicitations aux nouveaux élus. Valérie Rabault, députée du Tarn et Garonne et membre de la Commission des finances, devient notre nouvelle rapporteure générale du budget. Nous l’avons désigné ce matin lors de la réunion du groupe.

Je veux aussi adresser, au nom des députés socialistes, nos félicitations à Didier Guillaume, sénateur de la Drôme, élu Président du groupe socialiste et apparenté au Sénat.

J’ai entendu que certains voulaient faire de l’élection interne du rapporteur du budget une opposition entre deux lignes de politique économiques. Cela n’a aucun sens. Le rapporteur du budget n’est ni un opposant ni un suiviste, il est l’interface entre le gouvernement et l’Assemblée. Sur le fond, il est évidemment en phase avec les options de la politique économique de l’exécutif. Mais il est en même temps une tour de contrôle qui permet au groupe majoritaire de faire valoir ses vues sur les orientations financières du pays.

Ce partenariat exigeant sera la ligne de conduite de notre nouvelle rapporteure, première femme à occuper cette fonction, c’est historique. Je ne doute pas qu’elle aura l’oreille attentive du gouvernement. Dans son discours de politique général, le Premier ministre a pris un engagement clair d’associer notre groupe en amont de ses décisions et son nouveau secrétaire d’Etat au budget, Christian Eckert a été un praticien de ce dialogue dans ses précédentes fonctions. C’est là l’expression d’une confiance dans la qualité du travail parlementaire.

 

Le choc de simplification

Une autre illustration vient d’en être apportée avec le remarquable travail de notre ami Thierry Mandon sur le choc de simplification. Les 50 mesures qu’il a présentées avec Guillaume Poitrinal vont concrètement simplifier la vie des entreprises et les salariés vont, entre autres, enfin avoir un bulletin de paie lisible! Cette transformation concrète de l’Etat est la preuve qu’on peut changer le pays sans attenter à son modèle de régulation, avec un droit qui sera plus simple et plus lisible pour les entreprises et les salariés.

 

Les déclarations du Président de la BCE

Nous nous félicitons que l’appel de la France à agir contre le cours trop élevé de l’Euro et les risques de déflation aient enfin été entendus. Les déclarations du président de la Banque Centrale Européenne (BCE), Mario Draghi, montrent que la position de la France l’a convaincu. La croissance devient une priorité pour la BCE. C’est le résultat de la bataille que nous menons depuis deux ans pour réorienter l’Europe.

Ce n’est ni une esquive, ni une manière pour la France de s’exonérer de ses efforts de redressement intérieur comme s’empressent de le dire certains responsables de l’UMP. Dois-je rappeler que sous leur mandature, le premier acte de la présidence Sarkozy a été d’annoncer à nos partenaires européens qu’il ne tiendrait pas les engagements pris par la France de réduire ses déséquilibres ? Cette époque est révolue et nous respecterons notre signature.

 

La proposition de loi contre la culture d’OGM en France

Cette proposition de loi contre la culture d’OGM en France sera défendue par le groupe cet après-midi dans l’hémicycle. Elle fait suite à la décision du Conseil d’Etat d’annuler le décret d’interdiction du Maïs 810. Le message est limpide : « nous ne voulons pas » de culture d’OGM en France. Et il s’adresse à tous : aux organisations agricoles qui défendent un modèle productiviste dépassé ; aux lobbies qui font flèche de tout bois pour faire tomber les garde-fous législatifs ; à l’Europe qui semble prête à baisser pavillon contre l’avis d’une bonne moitié des Etats du Conseil européen. Cette bataille est nécessaire au moment où se négocie le traité de libre-échange transatlantique. Elle rappelle que la France et une partie de l’Europe ne sont pas prêtes à brader la qualité de leurs produits agricoles pour un plat de lentilles OGM.

 

Les propositions de loi déposées par l’UMP

Une autre proposition de loi, cette fois déposée par l’UMP concerne les arrêts de travail et les indemnités journalières. Il s’agit en fait de revenir sur le jour de carence pour les fonctionnaires. Ce sujet a été réglé et nous le savons, ce jour de carence n’est pas égalitaire ni efficace. C’est la raison pour laquelle nous étions revenus sur cette mesure. Pourquoi ni égalitaire ni efficace ? Parce que d’abord les employeurs privés prennent en charge ce jour de carence et pas efficace parce qu’il n’a eu aucun effet sur les arrêts maladie. Je rappelle également que depuis 5 ans les agents de la fonction publique ont porté plus que leur part d’effort dans le redressement avec le gel de leur point d’indice ou la baisse de leurs effectifs. Ce jour de carence, c’est la vexation de trop. Par conséquent nous voterons contre cette proposition de loi.

Une autre proposition de loi UMP est à l’ordre du jour de cette semaine. Elle est intitulée « déclaration de domiciliation ». En bref, ce texte conduirait à un fichage généralisé des Français. C’est une obsession de l’UMP de revenir sans cesse sur cette idée. Là aussi, nous voterons contre cette proposition de loi.

 

Les propos de Marine Le Pen sur la situation en Ukraine

Enfin, un dernier mot qui concerne davantage la politique européenne et internationale sur les évènements inquiétants qui se produisent en Ukraine. Au moment où la France et l’Europe s’honorent à défendre la souveraineté de l’Ukraine, l’appui public apporté par Mme Le Pen aux menées sécessionnistes de la Russie  montre que le Front national n’a pas changé et ne changera jamais. On s’aperçoit ainsi que c’est toujours le même esprit capitulard de l’extrême-droite. Chaque fois qu’un régime autoritaire a besoin d’un caniche pour aboyer contre l’Europe, Marine Le Pen est au premier rang. Chaque fois que la France intervient pour défendre ses principes démocratiques, pour défendre le droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, pour défendre l’intangibilité des frontières, le Front national est systématiquement dans le camp adverse.

Pour notre part, nous continuerons à défendre l’unité et l’indépendance de l’Ukraine. La proposition du président ukrainien par intérim d’organiser un référendum sur l’organisation du pays est une proposition de sagesse qui est de nature à apaiser la tension et à offrir une issue à la crise. La condition, c’est le retrait des troupes russes massées à la frontière et l’arrêt des menaces sur l’avenir de l’Ukraine.