• RT @RaphaelleBacque: En Norvège, deux nouveaux ministres, la trentaine, entrent au gouvernement. Il y a 10 ans, militants des jeunesses tra…      @MenezUhel Un grand monsieur oui. Et qui m’a tant appris. Nous habitions le même quartier, dans « notre » circonscr… https://t.co/Q9rS3JWjlC      RT @MarionVanR: 🇬🇧🇫🇷 Escalade dangereuse. Johnson provoque doublement Macron en proposant de renvoyer les migrants en France (comme l’UE e…      RT @CFDT: "La fatigue, c'est aussi la fatigue militante, démocratique, la fatigue au travail. L'enjeu est aussi de dépasser ce constat. Tro…      RT @BeatriceGurrey: Pierre Rolinet, 99 ans, se rappelle tout du Struthof, l’enfer concentrationnaire alsacien. « Nos témoignages s’estompen…      Allez, allez, allez remets le masque 🎼 #COVID19 https://t.co/vqFG0LTzwJ      RT @lemondefr: « Nous nous sommes battues avec nos familles et la société pour avancer. Aujourd’hui, nous sommes des corps sans vie qui bou…      « Il faut donc être plusieurs femmes violées pour qu’on nous croie... et comment ça se fait que ce médecin déjà con… https://t.co/LyowDAz5xk      La loi sécurité nationale imposée par la Chine a réduit la ville au silence #HongKong #Chine #prison #exil A Hongk… https://t.co/AtVKt4qPlA      RT @CPolF5: #MeToomedias : « La peur a changé de camps, donc on lance ce mouvement. » ➡️ @EmmaDancourt, journaliste et présidente de l'ass…      

10 Déc 2013

Conférence de presse à l’Assemblée nationale

Au cours de ma conférence de presse à l’Assemblée nationale, j’ai parlé de l’intervention française en Centrafrique, de l’accord européen sur la directive concernant les travailleurs détachés, et du réhaussement des prévisions de croissance pour la France.

 

 

La Centrafrique

Je veux d’abord, au nom de mon groupe, rendre hommage aux deux soldats tués cette nuit lors d’une patrouille à Bangui, dans une mission difficile mais indispensable.

Cette mission sera rappelée cette après-midi par le Premier ministre devant tous les députés, comme il l’a fait ce matin devant les Présidents de groupes et des commissions de la Défense, du Sénat et de l’Assemblée nationale.

Le débat de tout à l’heure permettra à la représentation nationale de connaître tous les éléments, toutes les informations sur la manière dont la résolution 21.27 de l’ONU est appliquée.

En Centrafrique, comme au Mali, la France intervient pour sauver un peuple menacé de massacres, non pour défendre ses intérêts. La présence de nos troupes est d’une durée limitée de six mois et a pour seule vocation de désarmer les milices et d’empêcher le retour de la violence. C’est une différence fondamentale avec le passé que les Africains reconnaissent et approuvent.

L’ensemble des États africains présents au sommet Franco-Africain à Paris, ont soutenu et appuyé cette intervention à l’unanimité. Ils ont aussi exprimé leur solidarité totale avec l’adoption de la proposition du Président de la République de constituer une force de réaction africaine capable d’assurer elle-même la sécurité du continent.

C’est un changement profond avec la conception de la Françafrique. C’est également une rupture avec l’inaction de la communauté internationale. La France est la seule à assumer ses responsabilités pour défendre le droit des Africains à vivre libres et en sécurité. Elle est la seule à avoir pris la mesure de la montée de la menace terroriste en Afrique et à y répondre sans se cacher, et les français peuvent en être fiers. La France tient son rang. En revanche, où est l’Europe, où sont ses troupes, où est son aide ? Une nouvelle fois, l’Union européenne est aux abonnés absents et je comprends l’amertume de nos compatriotes qui en ont assez que leur pays soit toujours le bouclier et le payeur.

Profitons du prochain Conseil européen pour avoir une franche explication avec nos partenaires. Soit l’investissement que consacre la France à la sécurité commune est pris en compte dans le calcul des déficits. Soit l’Europe accepte de mutualiser le financement des opérations extérieures comme le propose le Président de la République. Dans tous les cas de figure, la France ne doit plus payer deux fois le prix du sang. C’est aussi ça la solidarité de l’Europe !

 

La directive détachement

Cette détermination du Président et du gouvernement à faire respecter les principes solidaires de l’Union, on la retrouve dans la négociation sur la directive concernant les travailleurs détachés.

Nous avons bataillé dur pour mettre fin aux détournements et aux abus qui provoquent des situations inacceptables de dumping social entre les salariés.

Cette fermeté a payé…La France a obtenu gain de cause parce qu’elle a su fédérer autour d’elle un large front des principaux pays de l’Union contre les ultra libéraux. L’accord conclu à Bruxelles par les ministres du travail reprend nos deux exigences : les États pourront exiger tous les documents qu’ils souhaitent des entreprises qui détachent leurs salariés pour s’assurer qu’il n’y a pas de fraude. Seconde avancée, la responsabilisation des donneurs d’ordre permettra de détecter les mensonges frauduleux à l’échelle européenne.

Cette bataille européenne se concrétisera, au plan national pas des mesures législatives et un contrôle sur le terrain, avec le dépôt d’une proposition de loi présentée par Gilles Savary. Une entreprise qui fait appel à un sous-traitant employant abusivement des travailleurs détachés pour contourner ses obligations sociales pourra être poursuivie et condamnée. L’inspection du travail sera dotée des moyens réglementaires et budgétaires de faire respecter cette disposition.

Dans cette affaire, il faut être intraitable. Si l’Europe ne veut pas être submergée par la vague extrémiste, elle doit changer son logiciel et retrouver une dynamique de progrès social. Ce sont les socio-démocrates qui ont fait la différence pour faire bouger les lignes sur la directive détachement.

 

Les prévisions de croissance

Le rehaussement des prévisions de croissance de la Banque de France comme de l’OCDE (de 0 à + 0,5%) fait taire la campagne d’intoxication que mènent certains milieux politiques et économiques sur une France à la traîne. N’en déplaise à ces tristes augures, la reprise est bien au rendez-vous. Elle se manifeste aussi bien dans la production que dans les services.

Si je le mentionne, c’est parce que des Nostradamus passent leur temps  à dénigrer les efforts considérables que nous faisons pour redresser la situation du pays. Les seules erreurs qu’ils ne corrigent jamais, ce sont les leurs