24 Jan 2013

UNE JOURNEE A BERLIN : 50 ANS D’HISTOIRE


A l’occasion des 50 ans du traité de l’Elysée, la France et l’Allemagne ont voulu marquer la durée de l’amitié de leurs peuples pour la paix. À l’invitation du Bundestag, les députés allemands et français se sont retrouvés à Berlin mardi 22 janvier 2013 pour célébrer le rapprochement, l’amitié et la coopération entre nos deux pays.

 

Après les discours de la Chancelière fédérale, Angela Merkel, et du Président de la République, François Hollande, ce sont les Présidents des deux assemblées et les Présidents des groupes politiques qui se sont succédés à la tribune du Bundestag. Puis nous avons adopté une déclaration commune des deux parlements. L’histoire de nos pays et du continent européen, pendant des décennies et des siècles…

 

 

Avec Mechtild Rawert, députée SPD de Berlin. Nos sections PS à Paris et SPD a Berlin sont jumelées. Nous envoyons cette photo à nos militants que nous saluons chaleureusement.

 

…n’a pas été une histoire de paix, d’amitié et de coopération, mais celle de rivalités et de guerres, qui a coûté à des millions d’hommes et de femmes leur vie, leur santé, leur terre natale et leurs biens.

Malgré les souffrances infligées dans toute l’Europe par des Allemands, au travers des crimes nazis, la France a, dans les années 1950 et 1960, été prête à la réconciliation et à l’intégration de l’Allemagne dans une construction européenne commune. Cet élan réussi vers un nouvel avenir commun est considéré aujourd’hui dans le monde entier comme un exemple de réconciliation et de partenariat.

Aujourd’hui, le Bundestag et l’Assemblée Nationale en appellent à la jeunesse européenne pour qu’elle conserve, entretienne et développe toujours plus cet héritage. En ces temps de crise politique, économique, sociale, la coopération entre les deux assemblées, pour offrir à notre jeunesse de nouvelles perspectives en Europe, est essentielle.

Concrètement, il s’agit de renforcer la coopération sur la formation, l’emploi et la croissance, faciliter les échanges scolaires, approfondir les programmes Erasmus et Socrates, poursuivre les programmes de l’Office franco-allemand pour la jeunesse (OFAJ), auxquels ont participé plus de 8 millions de jeunes des deux pays, et y associer le Parlement européen…

 

En 1963, Charles de Gaulle et Konrad Adenauer ont eu « l’audace, le courage, la passion » de signer ce traité, a dit François Hollande, pour construire notre bien commun, « une Europe pacifique et sûre, un havre de liberté où règne l’état de droit » a dit Joachim Gaück, le Président de la République fédérale d’Allemagne.

 

Savoir dépasser la haine, la vengeance, l’humiliation, est toujours une leçon à retenir et à transmettre pour pouvoir avancer. Pour cela, il ne faut jamais oublier.