25 Jan 2012

POLITIQUE VÉLO : LE GOUVERNEMENT PÉDALE DANS LA SEMOULE

Le gouvernement vient de se rappeler subitement à quelques mois des élections que le vélo était un mode de transport à part entière et d’avenir. Il a donc décidé d’organiser tout seul des Rencontres nationales du vélo qui auront lieu demain à l’assemblée nationale.

J’espère que cet intérêt soudain pour le vélo se traduira par des actes concrets. En effet, Paris et beaucoup d’autres collectivités travaillent et s’investissent depuis longtemps pour aménager leurs espaces publics en faveur d’une meilleure pratique du vélo et mettre en place des systèmes de vélos en libre service. Ces politiques volontaristes se sont faites jusqu’à maintenant sans l’aide de l’Etat. Pourtant nos demandes sont nombreuses. Le Club des Villes et territoires cyclables, réunissant plus de 1 000 collectivités dans toute la France, les a récemment rappelées.

Ainsi, Paris va expérimenter la possibilité pour les cyclistes de tourner à droite au feu et nous attendons toujours la publication des panneaux accompagnant ce nouveau dispositif. J’ai également sollicité le gouvernement pour que soit lancée une campagne de communication grand public expliquant les nouvelles règles du code de la route concernant la circulation en ville (double-sens cyclables, zone de rencontre, aire piétonne…).

Au lieu de vouloir lancer des initiatives pour le vélo que les collectivités ont déjà mis en place, le gouvernement ferait mieux d’encourager et d’accompagner ces évolutions vers un meilleur partage de l’espace public et une modération de la vitesse en ville.