• De la confiance à la défiance. La France et les vaccins, une histoire qui pique. Via @Lesjoursfr #vaccinationhttps://t.co/ZIiDhciKBK      RT @lobs: « Sofagate » : ces fois où le président de la Commission avait bien le droit à un fauteuil https://t.co/CbkgSNyJ1t https://t.co/Z…      RT @OlivierFalorni: Heureux et fier d’avoir défendu en conférence de presse la #pplfindevie avec des collègues de TOUS les groupes parlemen…      Des voitures thermiques aux vélos à assistance électrique : les bouleversements qui attendent les villes françaises… https://t.co/8eYdaGv5oi      Excellent doc de @marieportolano à voir et à écouter. Grâce à ces témoignages si justes, le harcèlement au quotidie… https://t.co/tPGQOlTmNR      Un porte-conteneurs géant embourbé dans les sables du canal de Suez bloque 12 % du commerce mondial. Via… https://t.co/eGSrWJ49Xz      RT @pthibaut: c'est maintenant officiel. L'autorité sanitaire @rki_de vient de placer (c'était attendu) l'ensemble de la France (outre-mer…      RT @benvtk: A.Navalny, qui se plaint de douleurs et peut à peine tenir assis, a reçu un 1er avertissement en prison, pr s'ê levé 10 min ava…      « L’an dernier, à l’issue d’une enquête interne, France Télévisions a sanctionné plusieurs piliers du service des s… https://t.co/iFUk50xeZ6      Au moins 35 « vaccinodromes » vont être ouverts en France, dans l’espoir de vacciner 30 millions de personnes d’ici… https://t.co/aWoqwCLXoD      

18 Fév 2010

LES CONTRADICTIONS DE LUC CHATEL, MINISTRE DE L’EDUCATION NATIONALE

En réponse aux inquiétudes légitimes des enseignants face aux intrusions et aux actes de violence à l’encontre des élèves dans les lycées de la région parisienne, le Ministre de l’Education nationale propose des équipes mobiles de sécurité. Cependant il continue de réduire les effectifs en supprimant des postes d’éducateurs, d’assistantes sociales, d’infirmières, de surveillants, d’enseignants… En réduisant la présence d’adultes spécialisés dans les établissements scolaires, le gouvernement se refuse à traiter les problèmes de fond et à prendre en compte les conséquences de sa propre politique.

Le ministre Luc Chatel semble osciller entre « on ne peut pas mettre un policier derrière chaque élève », ce que personne ne lui demande, et répéter que « la bonne solution est d’augmenter les référents police-gendarmerie ».

S’il n’y a pas de solution « miracle », en revanche il y a urgence à comprendre ce qu’il se passe. Afin d’éviter que ce qui reste marginal aujourd’hui, à savoir les actes d’extrême violence, devienne une habitude demain.