• RT @franceinfo: Reporters sans frontières dénonce la pression du "lobby agro-industriel breton" sur les journalistes https://t.co/6hqoOXsL…      RT @JoeBiden: It’s a new day in America.      RT @VP: Ready to serve.      Jusqu’au bout... Colonisation israélienne: Netanyahu profite jusqu'au bout de la présidence Trump https://t.co/afFr9HElxC via @RFI      Paris, une des villes où la pollution automobile tue le plus en Europe selon une étude de « The Lancet Planetary He… https://t.co/RujyIZS3w0      Merci Jean-Pierre Bacri de continuer à nous donner de la joie 💖 https://t.co/AXcQKj4Wnh      « Endiguer le harcèlement, le taharoch en arabe, est l’affaire de tous. » En Égypte, le difficile combat des fémini… https://t.co/U5pR2UE2BD      La descente aux enfers de Donald Trump et celle aussi de son avocat Rudy Giuliani ! par Gilles Paris — via ⁦… https://t.co/ObBxKHaSNO      RT @Mediapart: Affaire Duhamel: d’autres éléments pourraient intéresser la justice – par @marineturchi https://t.co/Fxq4BUeYxF      #Trump Une nouvelle procédure d’impeachment pour « incitation à l’insurrection » votée par la Chambre des représent… https://t.co/6jh2twL1KW      

18 Fév 2010

LES CONTRADICTIONS DE LUC CHATEL, MINISTRE DE L’EDUCATION NATIONALE

En réponse aux inquiétudes légitimes des enseignants face aux intrusions et aux actes de violence à l’encontre des élèves dans les lycées de la région parisienne, le Ministre de l’Education nationale propose des équipes mobiles de sécurité. Cependant il continue de réduire les effectifs en supprimant des postes d’éducateurs, d’assistantes sociales, d’infirmières, de surveillants, d’enseignants… En réduisant la présence d’adultes spécialisés dans les établissements scolaires, le gouvernement se refuse à traiter les problèmes de fond et à prendre en compte les conséquences de sa propre politique.

Le ministre Luc Chatel semble osciller entre « on ne peut pas mettre un policier derrière chaque élève », ce que personne ne lui demande, et répéter que « la bonne solution est d’augmenter les référents police-gendarmerie ».

S’il n’y a pas de solution « miracle », en revanche il y a urgence à comprendre ce qu’il se passe. Afin d’éviter que ce qui reste marginal aujourd’hui, à savoir les actes d’extrême violence, devienne une habitude demain.