• RT @pierre_alonso: «La liberté de publier est en danger. Il faut absolument continuer à publier du secret défense» Excellente interview de…      RT @MarianneleMag: Affaire Steve et rapport de l'IGPN : "Tout professionnel comprend que l'intervention policière est en soit une erreur, q…      https://t.co/GX5NTVAZUe      Très drôle : A la buvette de l’Assemblée, les pratiques changent de moins en moins entre “ancien” et “nouveau” mond… https://t.co/BIbV22ds6M      Mobilisation écologique des grands groupes : Vieux pots et meilleures soupes ? https://t.co/FfgK12a6yO      RT @ONUinfo: Plus de 100 personnes sont portées disparues au large de la #Libye🇱🇾 après le naufrage de leur bateau. Il s'agit de « la pire…      Véhicule électrique : coup de frein sur la prime à la conversion https://t.co/Eh2RYjSlcc via @VRTmag      RT @lemonde_planete: La quasi-totalité de la planète vit sa période la plus chaude depuis deux millénaires https://t.co/I2bgMilt0y      Terrifiant... #Trump : l’Amérique blanche comme stratégie électorale — via @LaMatinale_M https://t.co/1sBf3LOoVb      Mon interview dans @LeParisien_75 « On ne pourra pas faire l’économie d’un débat sur les deux-roues » #Paris https://t.co/27Jc0p8vym      

18 Fév 2010

LES CONTRADICTIONS DE LUC CHATEL, MINISTRE DE L’EDUCATION NATIONALE

En réponse aux inquiétudes légitimes des enseignants face aux intrusions et aux actes de violence à l’encontre des élèves dans les lycées de la région parisienne, le Ministre de l’Education nationale propose des équipes mobiles de sécurité. Cependant il continue de réduire les effectifs en supprimant des postes d’éducateurs, d’assistantes sociales, d’infirmières, de surveillants, d’enseignants… En réduisant la présence d’adultes spécialisés dans les établissements scolaires, le gouvernement se refuse à traiter les problèmes de fond et à prendre en compte les conséquences de sa propre politique.

Le ministre Luc Chatel semble osciller entre « on ne peut pas mettre un policier derrière chaque élève », ce que personne ne lui demande, et répéter que « la bonne solution est d’augmenter les référents police-gendarmerie ».

S’il n’y a pas de solution « miracle », en revanche il y a urgence à comprendre ce qu’il se passe. Afin d’éviter que ce qui reste marginal aujourd’hui, à savoir les actes d’extrême violence, devienne une habitude demain.