• RT @laurossignol: Sans polémiques et sans nier que le système peut être amélioré, je ne comprends pas la différence entre ce que vient d’a…      Une conférence de presse ? Depuis près d’1h Emmanuel Macron fait les questions et les réponses tout seul... #conferencedepresse #Macron      François et Penelope Fillon renvoyés devant le tribunal correctionnel https://t.co/n2IeMaNZiQ via @lemondefr      RT @askolovitchC: En 2001, quand le passé trotskiste (et donc les mensonges flagrants) de Lionel Jospin fut révélé par des journalistes, do…      Une révolution alimentaire mondiale pour sauver la planète ? via @Sciences_Avenir https://t.co/lG0PvMQgdV      RT @NamiasRobert: Abject.Les mots manquent devant un tel déferlement d’ignominie. L’air de Paris pue la haine. https://t.co/Mk0tBbVv2z      @Qofficiel @salhiabrakhlia https://t.co/aLNGGV2R61      RT @jjbertolus: "La libéralisation de l’économie a pénétré le système. Quand vous apprenez aux élèves que la seule chose qui vaille, c’est…      A #Paris seulement 12% des militants socialistes encore inscrits ont participé au vote interne de désignation des… https://t.co/KKz5qD0Irk      Une perte de plus pour le #PS ! https://t.co/PXUpCT6I7g      

18 Fév 2010

LES CONTRADICTIONS DE LUC CHATEL, MINISTRE DE L’EDUCATION NATIONALE

En réponse aux inquiétudes légitimes des enseignants face aux intrusions et aux actes de violence à l’encontre des élèves dans les lycées de la région parisienne, le Ministre de l’Education nationale propose des équipes mobiles de sécurité. Cependant il continue de réduire les effectifs en supprimant des postes d’éducateurs, d’assistantes sociales, d’infirmières, de surveillants, d’enseignants… En réduisant la présence d’adultes spécialisés dans les établissements scolaires, le gouvernement se refuse à traiter les problèmes de fond et à prendre en compte les conséquences de sa propre politique.

Le ministre Luc Chatel semble osciller entre « on ne peut pas mettre un policier derrière chaque élève », ce que personne ne lui demande, et répéter que « la bonne solution est d’augmenter les référents police-gendarmerie ».

S’il n’y a pas de solution « miracle », en revanche il y a urgence à comprendre ce qu’il se passe. Afin d’éviter que ce qui reste marginal aujourd’hui, à savoir les actes d’extrême violence, devienne une habitude demain.