• RT @lemondefr: Le rapporteur public du Conseil d’Etat s’apprête à proposer une « astreinte de 10 millions d’euros par semestre » à l’encont…      La loi de Pékin taille en pièces le principe « Un pays, deux systèmes » instauré depuis la rétrocession de Hong Kon… https://t.co/HskgKHAH6k      La justice taille un costard à Fillon https://t.co/94T4I3wH9a via @Lesjoursfr      RT @EtienneBaldit: Municipales : la croissance verte https://t.co/bbKX0LuI4V via @libe      @rglucks1 Une vague a submergé... on se calme cher @rglucks1 avec une abstention à 60% comment se réjouir ?      RT @LucieSoullier: Moissac, ville de Justes, passe également à l’extrême droite ce soir. #Municipales2020 (Pour rappel : https://t.co/dTByP…      « le sentiment amer d’un détournement de la démocratie représentative. » Patrick Roger voit juste @lemondefrhttps://t.co/NBLyTtsV6V      RT @CarolineFourest: Quand Europol s’inquiète des "Incels", du terrorisme d’extrême droite et des anti-féministes https://t.co/tgAzlsuNmm      RT @libe: Covid-19 : la situation est-elle sous contrôle ? 8 semaines après le déconfinement, l’amélioration de la situation sanitaire fran…      RT @PJanuel: Parce que beaucoup ont commenté les propos d'Eliane Houlette sans les avoir écoutés, Dalloz a retranscrit l'intégralité de son…      

18 Fév 2010

LES CONTRADICTIONS DE LUC CHATEL, MINISTRE DE L’EDUCATION NATIONALE

En réponse aux inquiétudes légitimes des enseignants face aux intrusions et aux actes de violence à l’encontre des élèves dans les lycées de la région parisienne, le Ministre de l’Education nationale propose des équipes mobiles de sécurité. Cependant il continue de réduire les effectifs en supprimant des postes d’éducateurs, d’assistantes sociales, d’infirmières, de surveillants, d’enseignants… En réduisant la présence d’adultes spécialisés dans les établissements scolaires, le gouvernement se refuse à traiter les problèmes de fond et à prendre en compte les conséquences de sa propre politique.

Le ministre Luc Chatel semble osciller entre « on ne peut pas mettre un policier derrière chaque élève », ce que personne ne lui demande, et répéter que « la bonne solution est d’augmenter les référents police-gendarmerie ».

S’il n’y a pas de solution « miracle », en revanche il y a urgence à comprendre ce qu’il se passe. Afin d’éviter que ce qui reste marginal aujourd’hui, à savoir les actes d’extrême violence, devienne une habitude demain.