• RT @HCEfh: [3ème mandat 2019-2021] @BrigitteGresy : « Je suis fière d’être la nouvelle présidente du @HCEfh . C’est une instance formidable…      RT @LeParisien_75: Paris : la piétonnisation des quais de Seine entérinée par la justice https://t.co/3pWtLhZ691      RT @CfdtBerger: Réaction à froid dans @libe après l’annonce de la réforme assurance chômage. Deux jours après, toujours ce terrible sentime…      Une des pionnières du foot féminin, et qui en parle avec passion @AnnieFortems sur le plateau de @CPolF5https://t.co/Wb3fWH60CS      Bravo à l’association HDM qui a si bien concrétisé son projet de jardins partagés #PortedAsnieres #Paris17https://t.co/3Z6k5mWjU3      Le terrifiant calvaire des migrants. « On m’a traité comme un esclave » : rescapés de l’enfer libyen, des migrants… https://t.co/UCFcaKPPN8      RT @franceculture: 10 juin 1944, Oradour-sur-Glane, 642 villageois, hommes, femmes, enfants sont massacrés par les nazis. Portrait d'un vil…      RT @BantignyL: Elle avait 17 ans d'ancienneté. Elle a été licenciée pour "faute lourde" sans préavis ni indemnité. Une salariée d'un hyperm…      #AllezLesBleues #CoupeDuMonde2019 ⚽️ https://t.co/NW4o4xqWgm      Donc les nationales seront limitées à 80km/h et les départementales à 90 km/h ? Enfin certaines ? 🤔 🙃 L’Assemblée… https://t.co/47oQs6jtlE      

18 Fév 2010

LES CONTRADICTIONS DE LUC CHATEL, MINISTRE DE L’EDUCATION NATIONALE

En réponse aux inquiétudes légitimes des enseignants face aux intrusions et aux actes de violence à l’encontre des élèves dans les lycées de la région parisienne, le Ministre de l’Education nationale propose des équipes mobiles de sécurité. Cependant il continue de réduire les effectifs en supprimant des postes d’éducateurs, d’assistantes sociales, d’infirmières, de surveillants, d’enseignants… En réduisant la présence d’adultes spécialisés dans les établissements scolaires, le gouvernement se refuse à traiter les problèmes de fond et à prendre en compte les conséquences de sa propre politique.

Le ministre Luc Chatel semble osciller entre « on ne peut pas mettre un policier derrière chaque élève », ce que personne ne lui demande, et répéter que « la bonne solution est d’augmenter les référents police-gendarmerie ».

S’il n’y a pas de solution « miracle », en revanche il y a urgence à comprendre ce qu’il se passe. Afin d’éviter que ce qui reste marginal aujourd’hui, à savoir les actes d’extrême violence, devienne une habitude demain.