• Après le foot, le tennis business : les fédérations sportives ouvrent les portes à Amazon #droitstelehttps://t.co/mR0j02wL2D      RT @WeillClaude: Le Covid ne faisant plus recette, la politique éco du pouvoir ne faisant pas vraiment débat, l’info-spectacle s’est mise e…      RT @konbininews: Un Ehpad tout entier s’est mobilisé contre l’expulsion de Ronaldo, un aide-soignant de 22 ans d’origine congolaise. Il rev…      « le budget de campagne de Nicolas Sarkozy a dépassé le plafond de près de 20 millions d’euros, près du double de l… https://t.co/wM27XrQlJf      RT @ONUinfo: Dix-huit mois après l’apparition de la Covid-19 en Chine, « le monde demeure dans une situation très dangereuse », avertit l’O…      RT @courrierinter: Une mine chinoise, où un #coronavirus proche du Sars-CoV-2 a été détecté en 2012, intéresse les scientifiques et journal…      Interview de la procureure de la République de Bobigny, Fabienne Klein-Donati qui sait de quoi elle parle. Via… https://t.co/Q829oeW8Fv      @dombouissouhome Des nouvelles de Paris, soleil et pluies😉 https://t.co/g6UL11NLAt      🚣🏻‍♂️ #rame #ramez #ramons #agauchetoutvabien https://t.co/SIQr4Fpe6v      RT @leParisien_pol: Certificat sanitaire européen : accord trouvé entre les eurodéputés et les Etats membres ➡️ https://t.co/EOwuMEdaiG htt…      

8 Fév 2008

PLAN BANLIEU FACON SARKOZY

COMMUNIQUÉ DE PRESSE
de Bertrand Delanoë

A l’occasion de la présentation du « Plan banlieue », Nicolas Sarkozy a livré une vision de la France, dans laquelle la « politique de la Ville » est largement assimilée à de l’assistanat. Les pistes de travail qu’il a esquissées demeurent à l’état d’annonces, mais ne se traduisent par aucun engagement budgétaire précis. Notamment, aucune mesure concrète n’est définie pour soutenir les collectivités les plus pauvres où se situent ces quartiers déshérités.

Le discours du Chef de l’Etat, censé combattre la logique de ghetto, semble au contraire en renforcer la mise en œuvre. Ainsi, comment ne pas s’étonner du silence présidentiel sur la question du logement social ? Là où « casser les ghettos » impliquerait une meilleure répartition de ces logements, de nombreuses communes en France s’obstine à ne pas appliquer la loi SRU. Cette réalité devrait inspirer une réaction volontariste de l’Etat. Ce n’est pas le cas et le discours prononcé aujourd’hui, le confirme malheureusement.

La question scolaire est également essentielle pour le devenir des enfants de ces quartiers. Il faut donc donner à leurs établissements, les moyens nécessaires en terme d’encadrement des élèves, d’affectation d’enseignants expérimentés, et de dispositifs de soutien scolaire. Or, les mesures gouvernementales sont aux antipodes d’une telle volonté : suppression de la carte scolaire, suppression de nombreux emplois dans les collèges et lycées, y compris en ZEP. Avant de s’intéresser – légitimement – à l’école de la 2ème chance, ce qui est une bonne nouvelle pour celle que nous avons créée à Paris en 2007, le Président a le devoir de sauver l’Ecole de la Première Chance, celle de la République.

Les propos du Président de la République sur la sécurité se sont souvent assimilés à un réquisitoire contre la politique qu’il a lui-même menée depuis six ans. De ce point de vue, la faible attention portée aux politiques de prévention de la délinquance, s’inscrit dans le droit fil d’une action jusqu’alors inefficace.

En outre, le fait d’évoquer dans le même temps, insécurité et immigration, illustre un choix contestable, nullement dépourvu de préoccupations démagogiques et électoralistes. L’annonce d’une politique de quotas dessine des interrogations démocratiquement lourdes auxquelles aucune réponse n’a été apportée aujourd’hui. Par exemple, comment la France entend-elle concilier ces quotas par pays dans la fidélité au principe d’égalité « sans distinction d’origine, de race et de religion », au droit à une vie familiale normale et à l’asile politique ?

A l’issue de cette présentation partielle, déséquilibrée, chacun attend que soient précisés les moyens concrets qui seront mobilisés et qu’exige une action réelle pour l’égalité des chances, l’emploi, la lutte contre les discriminations et le désenclavement.