13 Nov 2007

LA BATAILLE DU LOGEMENT

[kml_flashembed movie="http://www.dailymotion.com/swf/1aWfhJrc4lT6NocWD" width="425" height="335" wmode="transparent" /]

TRANSCRIPTION

Il y a eu des efforts considérables qui ont été faits ces dernières années puisque, notamment en matière de logement social, 31 000 logements ont été financés. Il faudrait, pour les six prochaines années, en financer plus du double encore. Je crois que nous n’avons pas le choix. C’est un sujet extrêmement grave, un sujet de préoccupations quotidiennes. Je connais beaucoup de ménages qui chaque mois sont angoissés pour payer leur loyer, pour payer leurs charges. Si il n’y a pas, à un moment donné, une stabilité des prix, donc plus de logements, notamment des logements sociaux mais aussi de l’accession sociale à la propriété, un effort des propriétaires pour louer de façon correcte, sans demander des cautions qui sont intenables pour la plupart de nos concitoyens. Il faut que cet effort soit collectif. Je sais que le maire de Paris veut être extrêmement dynamique sur cette question, à la fois pour Paris, pour les parisiens, mais aussi bien au-delà. Je pense que le logement, ça ne peut pas être traité uniquement au niveau de Paris intra muros. C’est une question nationale, c’est un effort national qu’il faut faire et mettre, je crois, le paquet sur cette question là.

Les garanties demandées aux locataires sont de plus en plus rédhibitoires. la ville peut-elle intervenir ?

La ville peut être partenaire. C’est à l’Etat dans ce domaine d’agir d’abord, mais je pense qu’il peut y avoir des discussions, des négociations, un partenariat dans lequel il y aurait les propriétaires, les locataires, les collectivités locales et l’Etat pour s’engager à louer à des prix raisonnables, à des prix accessibles et, en revanche bien sûr, pour le propriétaire, avoir la garantie d’être payé et d’avoir des locataires respectueux de leur lieu.

Comment peut-on gagner la bataille du logement ?

La crise du logement elle s’accentue, la peur de ne pas trouver de logement, la peur de ne pas pouvoir payer son loyer, la peur de s’endetter pendant 50 ou 60 ans et de devenir le locataire de son banquier, elle est là. Il n’y a qu’en ayant un effort collectif, qu’en ayant une véritable volonté politique, une véritable dynamique dans laquelle croit bien évidemment le Maire de Paris que nous arriverons à vaincre la bataille du logement.