• De mal en pis #Trump https://t.co/uNx3BX3s9E      RT @agranc: 1) Ces dessins sont hallucinants 2) Ces questions sont hallucinantes https://t.co/wIc1fzySM1      « Chez Emmanuel Macron, le critère de toute chose c’est lui-même. » J’aime toujours autant Lionel Jospin @LCI @24hPujadas      Les commanditaires, si loin de Paris https://t.co/09VTqOwxXq via @Lesjoursfr      RT @COMJUS_ASSAS: La Défenseure des droits, Claire Hédon, s’inquiète d’une prolongation de l’état d’urgence sanitaire. ⁦@lemondefr⁩ #DDD ht…      Témoignages bouleversants des survivants pris en otage dans l’Hyper Cacher. « La volonté de vivre face à la fureur… https://t.co/CheVKLe5p7      « Ensemble, défendons la liberté : lettre ouverte à nos concitoyens » — via ⁦@LaMatinale_M⁩… https://t.co/Ss4Z8OiNxY      A Madrid, «on nous confine parce qu’on est pauvres». 37 zones de la capitale espagnole sont reconfinées aujourd’hui… https://t.co/6YOWegvGsZ      40 ans de blocages, c’est hallucinant 🍃 https://t.co/dUU2L9hi9G      RT @catherinegaste: La loi autorise la privatisation de kilomètres de nationales. Un décret, publié au « Journal officiel» ni vu ni connu a…      

31 Jan 2006

4 CANDIDATS POUR 1 LOGEMENT !

Communiqué d’Annick Lepetit en réaction à l’absence des députés UMP lors des débats à l’Assemblée nationale sur la loi « Engagement national pour le logement »

La loi « Engagement national pour le logement » est votée aujourd’hui.

Alors que la bataille fut rude à l’Assemblée nationale pour empêcher le Gouvernement et sa majorité de mettre à mal l’obligation de 20 % de logements sociaux dans les communes, les députés parisiens UMP ont brillé par leur absence dans l’hémicycle.

Pourtant, plus préoccupés par leur campagne interne, ils reprochent sans cesse au Maire de Paris, Bertrand Delanoë, élu depuis 4 ans, le manque de logements sociaux dans la capitale tout en cautionnant la politique du Gouvernement qui protège les maires fraudeurs.

Or, sous l’impulsion de l’actuel Maire de Paris, la Ville a construit plus de 3 500 logements sociaux par an depuis 2001, tournant ainsi résolument le dos à la politique de ses prédécesseurs. Ces derniers préféraient transformer les logements en bureaux particulièrement dans le centre et l’Ouest parisien. Une politique que les quatre candidats UMP d’aujourd’hui soutenaient tous hier.

Leurs comportements et leurs contradictions montrent que leur réelle motivation n’est certainement pas le logement social. Le seul logement qui les intéresse à Paris, c’est l’Hôtel de Ville.