• RT @lemondefr: Le rapporteur public du Conseil d’Etat s’apprête à proposer une « astreinte de 10 millions d’euros par semestre » à l’encont…      La loi de Pékin taille en pièces le principe « Un pays, deux systèmes » instauré depuis la rétrocession de Hong Kon… https://t.co/HskgKHAH6k      La justice taille un costard à Fillon https://t.co/94T4I3wH9a via @Lesjoursfr      RT @EtienneBaldit: Municipales : la croissance verte https://t.co/bbKX0LuI4V via @libe      @rglucks1 Une vague a submergé... on se calme cher @rglucks1 avec une abstention à 60% comment se réjouir ?      RT @LucieSoullier: Moissac, ville de Justes, passe également à l’extrême droite ce soir. #Municipales2020 (Pour rappel : https://t.co/dTByP…      « le sentiment amer d’un détournement de la démocratie représentative. » Patrick Roger voit juste @lemondefrhttps://t.co/NBLyTtsV6V      RT @CarolineFourest: Quand Europol s’inquiète des "Incels", du terrorisme d’extrême droite et des anti-féministes https://t.co/tgAzlsuNmm      RT @libe: Covid-19 : la situation est-elle sous contrôle ? 8 semaines après le déconfinement, l’amélioration de la situation sanitaire fran…      RT @PJanuel: Parce que beaucoup ont commenté les propos d'Eliane Houlette sans les avoir écoutés, Dalloz a retranscrit l'intégralité de son…      

30 Juin 2004

EN MARCHE VERS LA RÉNOVATION DES QUARTIERS NORS PÉRIPHÉRIQUES

Annick Lepetit dénonce le double discours du gouvernement qui annonce un « plan de cohésion sociale » alors que les restrictions budgéaires se multiplient.

Monsieur le Ministre, vous avez dit samedi dernier dans un quotidien national que « pour remettre en mouvement le pays » et traiter les inégalités sociales, il faut s’attaquer dans le même temps à l’emploi des jeunes, au logement, à l’éducation…. Ce sont justement là les principaux domaines d’intervention des associations en politique de la Ville.

Or, cette année vous avez diminué de 10% les crédits du fonds d’intervention pour la Ville qui est le principal outil de financement des associations. Cette diminution s’ajoute à celle déjà faite l’année dernière. Il s’agit donc d’une baisse de 36% en 2 ans. Puis, nous venons d’apprendre que 20% des crédits consacrés à la Ville et à la Rénovation urbaine vont être annulés, soit encore 72 millions ¤ de moins.

Le résultat, monsieur le Ministre, est catastrophique. Catastrophique pour les associations car certaines vont devoir mettre la clef sous la porte, d’autres devront réduire leurs activités. Catastrophique pour l’emploi car beaucoup de leurs salariés vont être licenciés. Catastrophique pour les habitants des quartiers en difficultés qui ne bénéficieront plus de leur soutien indispensable alors que le chômage, la pauvreté et la précarité se développent considérablement, comme nous le voyons tous les jours dans nos permanences. Concrètement de nombreux jeunes ne pourront plus bénéficier du soutien scolaire, beaucoup n’auront plus accès aux actions d’alphabétisation et aux programmes de formation, des chômeurs vont se retrouver totalement isolés sans compter l’appauvrissement plus ou moins important des animations locales… Bref, la disparition de « la vie de quartier ».

Vos choix, monsieur le Ministre, cassent des années de travail, fruit d’un long partenariat. Ils nient l’essence même de la politique de la Ville dont l’objectif est d’abord que des femmes et des hommes vivent mieux chez eux pour se sentir mieux ailleurs.

Cette situation alarmante est d’ampleur nationale. A Paris, le désengagement de l’Etat est tel qu’il est prévu que 60% des demandes des associations soient refusées.

Alors, monsieur le Ministre, expliquez-nous cette contradiction entre vos annonces sur la cohésion sociale depuis le 31 mars et la suppression progressive et déterminée des moyens pour la mettre en œuvre.

Annick LEPETIT