• Généreuse, joyeuse, engagée, militante, socialiste, humble, et si vraie ! Une grande dame 🖤 https://t.co/u78m7f211a      #Pollution #Paris https://t.co/dQ42cOwpfw      RT @fabricearfi: Privilège de la délinquance en col blanc. Même condamné, vous obtenez le soutien du ministre de l'Intérieur — censément pa…      RT @christopheconte: En ce qui me concerne ce sera toujours tout sauf Le Pen. Bonne nuit.      RT @edwyplenel: Affaire «Bismuth»: l’ancien président de la République Nicolas Sarkozy condamné à trois ans de prison dont un ferme pour co…      @heladaboussi @BenjMathieu Notre arrondissement de ❤️ !      RT @libe: INFO LIBÉ – 🔴 La justice saisie pour fraude au chômage partiel chez Hop, la filiale d'Air France ⤵️ https://t.co/a1ApnW0oBx      RT @lemondefr: Airbnb résiste à la débâcle du secteur touristique : l'entreprise a la conviction que son offre est mieux adaptée que les hô…      RT @ONUinfo: Nous avons assisté sous le prétexte de la pandémie à une prolifération de mesures de sécurité & d’urgence autoritaires visant…      RT @Ccesoir: Race : "On s’est quand même battus pendant des générations pour arrêter d’utiliser ce mot." @CarolineFourest dans #CCeSoir htt…      

21 Avr 2003

L’AVENIR DE LA SÉCURITÉ SOCIALE…

Le 21 avril 2003, Annick Lepetit avait interpellé le ministre de la Santé d’alors (Jean-François Matteï) sur les projets du gouvernement concernant la sécurité sociale.

Mme Annick Lepetit souhaite interroger M. le ministre de la santé, de la famille et des personnes handicapées sur l’avenir de la sécurité sociale. En effet, M. Jean-François Chadelat, inspecteur général des affaires sociales, vient de lui remettre son rapport sur la répartition des interventions entre assurances maladie obligatoire et complémentaire. Il propose notamment un système dégressif quant aux dépenses maladie des assurés : les plus démunis ont toujours droit à la CMU, les autres bénéficient d’une prise en charge selon leurs revenus.

Les propositions dudit rapport tendent à renforcer le rôle des mutuelles et des assureurs au détriment de celui de la sécurité sociale. Si celles-ci devaient être retenues, une médecine à deux vitesses verrait le jour. Le démantèlement de notre système solidaire de protection sociale serait alors total. Cette crainte est justifiée au regard de la politique menée par le Gouvernement en matière de protection sociale depuis près d’un an et notamment ses interventions sur la couverture maladie universelle (CMU) et sur l’aide médicale d’Etat (AME). En conséquence, elle lui demande sa véritable position sur cette question primordiale.