• Les commanditaires, si loin de Paris https://t.co/09VTqOwxXq via @Lesjoursfr      RT @COMJUS_ASSAS: La Défenseure des droits, Claire Hédon, s’inquiète d’une prolongation de l’état d’urgence sanitaire. ⁦@lemondefr⁩ #DDD ht…      Témoignages bouleversants des survivants pris en otage dans l’Hyper Cacher. « La volonté de vivre face à la fureur… https://t.co/CheVKLe5p7      « Ensemble, défendons la liberté : lettre ouverte à nos concitoyens » — via ⁦@LaMatinale_M⁩… https://t.co/Ss4Z8OiNxY      A Madrid, «on nous confine parce qu’on est pauvres». 37 zones de la capitale espagnole sont reconfinées aujourd’hui… https://t.co/6YOWegvGsZ      40 ans de blocages, c’est hallucinant 🍃 https://t.co/dUU2L9hi9G      RT @catherinegaste: La loi autorise la privatisation de kilomètres de nationales. Un décret, publié au « Journal officiel» ni vu ni connu a…      RT @anticor_org: #CamillePascal a été condamné en 2017 au pénal à 15.000€ d'amende et deux mois de prison avec sursis pour #favoritisme dan…      Macron se Sarkozyse... A l’Elysée, la mue « républicaine » du macronisme — via ⁦@lemondefr⁩ https://t.co/tNYLJemO9b      RT @Sifaoui: 9️⃣ La question de la liberté d’expression, de la liberté de conscience du droit de transgresser et de choquer les idéologies,…      

21 Avr 2003

L’AVENIR DE LA SÉCURITÉ SOCIALE…

Le 21 avril 2003, Annick Lepetit avait interpellé le ministre de la Santé d’alors (Jean-François Matteï) sur les projets du gouvernement concernant la sécurité sociale.

Mme Annick Lepetit souhaite interroger M. le ministre de la santé, de la famille et des personnes handicapées sur l’avenir de la sécurité sociale. En effet, M. Jean-François Chadelat, inspecteur général des affaires sociales, vient de lui remettre son rapport sur la répartition des interventions entre assurances maladie obligatoire et complémentaire. Il propose notamment un système dégressif quant aux dépenses maladie des assurés : les plus démunis ont toujours droit à la CMU, les autres bénéficient d’une prise en charge selon leurs revenus.

Les propositions dudit rapport tendent à renforcer le rôle des mutuelles et des assureurs au détriment de celui de la sécurité sociale. Si celles-ci devaient être retenues, une médecine à deux vitesses verrait le jour. Le démantèlement de notre système solidaire de protection sociale serait alors total. Cette crainte est justifiée au regard de la politique menée par le Gouvernement en matière de protection sociale depuis près d’un an et notamment ses interventions sur la couverture maladie universelle (CMU) et sur l’aide médicale d’Etat (AME). En conséquence, elle lui demande sa véritable position sur cette question primordiale.