20150602_125529Lors de mon point presse, j’ai condamné la liste noire de 89 personnalités établie par la Russie, je suis revenue sur les avancées conséquentes de la loi Dialogue social et souligné l’augmentation des crédits de La Défense. Par ailleurs, le ministre de l’Economie a fait le bilan de son projet de loi après le passage au Senat.

Bruno Le Roux sur liste noire en Russie

Le groupe socialiste condamne la liste établie par le gouvernement russe à l’encontre de notre président Bruno Le Roux et de 89 personnalités françaises et européennes. Cette décision est un acte d’hostilité envers l’Europe, la France et le Parlement français.

Rien ne justifie une telle mesure. Le président de notre groupe a toujours soutenu la médiation de la France pour un règlement pacifique de la crise ukrainienne et défendu l’idée que la Russie est un partenaire incontournable de l’Europe.

S’il s’agit d’une mesure de rétorsion au boycott par l’Europe et les Etats-Unis de responsables politiques russes connus pour leurs prises de position extrémistes, la symétrie est inacceptable.

S’il s’agit de représailles à notre projet d’une commission d’enquête sur le financement du Front national par des banques russes, elle serait une ingérence scandaleuse dans notre vie démocratique et ne ferait que conforter notre détermination à faire la lumière sur les liens entre l’extrême-droite et le gouvernement de M.Poutine.

Je remarque que le régime russe sanctionne 89 personnalités mais déroule le tapis rouge pour Marine Le Pen qui était encore la semaine dernière à la Douma. Madame Le Pen apporte son soutien systématique aux positions du gouvernement russe y compris contre son propre pays. Pour quelqu’un qui se dit défendre le drapeau de la France, en réalité, elle préfère celui de la Russie. L’extrême droite est à l’Est !

 La loi Dialogue social 

Nous nous prononcerons cet après-midi après les questions au gouvernement sur le projet de loi relatif au dialogue social et à l’emploi. Après la réforme des retraites, la rénovation de notre politique familiale, la loi santé… c’est une nouvelle pierre pour la consolidation de notre modèle social que nous posons aujourd’hui. Des exemples concrets :

– Des commissions paritaires seront créées au 1er juillet 2017 dans chacune des 13 nouvelles régions composées de dix salariés / 10 employeurs issus des TPE.

– L’abaissement du seuil à partir duquel le Conseil d’administration d’une entreprise doit intégrer des représentants de personnel en son sein. De 5000 aujourd’hui, on passera à 1000 salariés.

– Le compte activité qui va fonder la sécurité sociale professionnelle demandée depuis 30 ans par le monde du travail.

– La prime activité qui soutient l’insertion dans le travail et le pouvoir d’achat des salariés les plus modestes.

– La création de la délégation unique du personnel qui va créer une instance de négociation très puissante pour les salariés et leurs syndicats.

– La reconnaissance dans la loi du statut des intermittents qui participe à la richesse culturelle de notre pays.

– L’évolution aussi, de l’égalité entre les femmes et les hommes. L’inquiétude à ce sujet portait sur la disparition du rapport de situation comparée. Les inquiétudes n’ont plus lieu d’être puisque des amendements déposés par les députés socialistes de la délégation du Droit des femmes renforcent l’égalité femme/homme.

La loi sur le dialogue social maintient l’impératif de tenir à la disposition des salariés des indicateurs chiffrés sur l’état des inégalités entre les sexes dans l’entreprise.

Par ailleurs, le projet de loi instaure pour la première fois l’obligation d’une représentation plus équilibrée des femmes et des hommes lors des élections professionnelles.

Nous nous félicitons de la qualité du travail effectué et des échanges fructueux avec le Gouvernement qui ont conduit à améliorer le texte sur de nombreux points.

Loi de programmation militaire

Le second texte qui nous occupera cette semaine, c’est l’actualisation de la loi de programmation militaire. Ce texte, signe l’augmentation de 3,8 milliards d’euros des crédits de la défense.

Nos forces armées ont besoin de ces moyens supplémentaires pour assurer leurs missions face au terrorisme. Cet effort est nécessaire et nous considérons que les pressions de M. Sarkozy pour que ses parlementaires votent contre ce texte sont totalement irresponsables. Je rappelle que c’est sous le quinquennat de M. Sarkozy que notre défense a connu sa plus grande purge avec 57 000 suppressions de poste et une baisse de 10% de ses crédits.

Le retour du Sénat du projet de loi Macron

Le ministre de l’Economie est venu devant notre groupe pour parler de son projet de loi transformé par le Sénat. 1800 amendements ont été déposés et sur 332 articles, 108 sont nouveaux : c’est dire si les équilibres de ce texte ont été changés ! Nous souhaitons revenir au texte voté à l’Assemblée nationale.